mercredi 30 janvier 2008

En vrai, tu ferais quoi, toi ?

Oh, je sais bien sur quoi on m'attend si je dis que je vais parler des banques japonaises...
Les distributeurs automatiques, les frais sur tout et n'importe quoi, les carnets qui se remplissent tout seuls que c'est trop de la bombe...
Ben non.
Aujourd'hui on va se mettre dans la peau d'un "banquier" japonais. Du mec au guichet, quoi.
Plus souvent qu'on ne croit, des étrangers viennent ouvrir un compte bancaire au Japon. Soit parce qu'ils sont là pour une année d'étude et il faut bien qu'on leur verse leur bourse, soit parce qu'ils sont en working holiday et qu'il faut bien qu'on leur verse leur salaire, toujours est-il qu'ils doivent se rendre à la banque et faire les démarches d'ouverture de compte. La plupart ne parle pas japonais couramment et c'est là que ça coince : le mec du guichet, son boulot c'est de parler le plus poliment possible à ses clients, parce que la satisfaction du client est essentielle.
Le client étranger, lui, il est déjà à la ramasse avec le vocabulaire spécialisé et les amas de kanji un peu partout sur la feuille à remplir, alors il aimerait bien qu'on lui explique les choses simplement.
Mais le guichetier peut pas lui parler simplement, parce que le client étranger est un client, alors il faut utiliser le keigo, que même les Japonais des fois ils luttent pour l'utiliser.
Alors le client étranger, avec ses 2 années de japonais à l'étranger qui n'ont servi à rien, là il pète les plombs parce que merde, si le mec il veut me rendre service pourquoi il me parle pas un japonais que je peux comprendre, merde alors. C'est pourtant pas compliqué, s'il veut satisfaire son client il faut lui parler un japonais qu'il peut comprendre, alors merde quoi !
Et le monsieur du guichet, lui, il continue de parler en keigo parce que si jamais il parle le japonais que tout le monde comprend c'est un peu comme s'il parlait mal à son client et il va se faire taper sur les doigts, pour lui non plus c'est pas facile comme décision, alors merde, quoi !

Et toi, tu ferais quoi ?

5 commentaires:

izouvou a dit…

C'est tellement vrai ... Et ça marche avec tout, genre à la mairie pour la carte de résident étranger (avec l'employé qui comprend rien au système français des adresses ni pourquoi on a 3 prénoms), mais aussi pour la sécu (ça m'a tellement lourdé que j'ai pas souscrit à la sécu, en plus je paye déja pour une couverture en France) et même à la fac dans le service pour les ryugakusei, là où on est sensé aider le pauvre étudiant qui pige rien au langage administratif !
J'appréhende déja mon ouverture de compte bancaire et ma souscription à un abonnement téléphonique.

BEBOPER a dit…

Chair meussieu
jeune comprens pa la mouatier de ce que tu ai crit, ces tro conpliké.
Merci de fer dézeforts merd !

Crack a dit…

Pas faux, mais il est impensable pour un employé de banque de parler de façon neutre ou simple à un client parce qu'il est étranger. Dans certaines institutions les mecs essaient de vous parler en engrish, mais pour le coup c'est encore moins compréhensible...pas facile.

Pavy a dit…

Les banques au Japon ... tout un poeme. Elles doivent etre les institutions que je deteste le plus ici. Le service pour les etrangers est tout simplement inexistant. Essayez en tant que bon gaijin de faire une demande de carte de credit dans une banque japonaise ... meme avec un visa permanent. Vous allez rire.
ET ces frais tout simplement honteux pour les virements et les retraits .. mais la au moins tout le monde est sur le meme pied!

patataboy a dit…

Bon alors dans la jungle des établissements bancaires japonais bien trop polis pour être honnêtes, il existe un eldorado où les employés parlent tous un Anglais pratiquement courant, où les frais de retraits sont minimums et sont même remboursés en fin de mois lors d'un retrait en poste ... Shinsei banque (station Ginza, en face du Dotour Café). La carte de retrait (et pas de crédit) faite en 20 minutes (à la couleur de son choix) et opérationnelle sous 3 heures. Retrait possible en Shinsei, Citybank, Yûbinkyoku. Pouvoir piloter son compte sur le net et en Anglais.
Seul bémol, ils m'ont refusé la carte de crédit (enculés...).
Mais pour avoir galérer dans une mitsubishi bank pendant 2h30 pour faire un changement de nom d'entreprise et faire un pauvre furikomi (transfert bancaire) avec un mec parlant parfaitement le Japonais qui plus est. Je peux vous dire que Shinsei est vraiment LA banque pour les expats.

Sinon pour faire un résumé, au Japon on considère qu'être poli est le meilleur service que l'on puisse donner au client. Dans le reste du monde, on pense que faire gagner du temps ou en faire perdre le moins est le meilleur service....
Alors que dire de nos bureaux de postes où les gens ne sont ni polis ni soucieux de ne pas gaspiller votre temps!

Encore un chapitre où je pourrai facilement vous donner 2 ou trois anecdotes sympa sur l'incongruité du système bancaire japonais pour les occidentaux.

Si cela vous dis, je ferai passer à Robert ;p

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.