jeudi 5 août 2010

Et l'amour, enculé ? (part.1)


Si tu lis régulièrement les commentaires de mes articles, tu n'auras pas été sans remarquer l'évidence : ce blog est un aimant à cons.
Même s'il est tentant de croire que la thématique du Japon attire l'immaturité et le pathos aussi sûrement que l'argent les femmes, tu seras rassuré de savoir qu'il n'en est rien ; on trouve des commentaires d'illettrés (les gens qui comprennent les mots que tu écris mais pas le sens de la phrase ou du texte dans son ensemble) même sur des blogs bien plus sérieux et intelligents (mets ça dans tes favoris !).

Il y a donc des gens qui croient que je suis assez maso pour consacrer un blog de plus de 100 articles à un pays que je détesterais, alors que j'ai pas encore pondu la moindre ligne sur ma femme, qui pourtant mérite tellement qu'on me demande d'écrire un livre sur ma vie conjugale et d'en superviser l'adaptation cinématographique.

Je m'en vais donc clarifier les choses et pondre une série d'articles dithyrambiques sur ce qui me fait aimer le Japon. Rien sur les temples et les cerisiers, évidemment.

Je t'ai déjà parlé de ce génie qu'est Iwasaki Taku, je vais aujourd'hui te parler de Meguro Shôji, l'homme qui me fait me coucher à des heures pas possibles, juste parce que je me suis dit : "Tiens, je vais voir 10 minutes à quoi ça ressemble, ce Persona Music
Live ...", et puis fatalement tu restes scotché 2 heures devant ta télé, à prendre un pur concert dans ta gueule, ce qui n'est pas sans te rappeler cet après-midi de légende où tu as vu Prince au Grand Palais.

Meguro, donc, c'est le gars qui fait les musiques des jeux Persona, et globalement des jeux designés par ce grand malade de Kaneko Kazuma. Bien évidemment, tu claques ta petite larme en écoutant un morceau magnifique comme "Reunion With Master", tu cours tes 12 kilomètres sans broncher en écoutant en boucle "Tenkai Float", mais l'essence de la musique de Meguro, tu la trouves dans ses récentes compositions, celles où il n'a plus à se soucier de la place que sa musique va prendre sur le CD du jeu.

Je t'ai déjà parlé des compositeurs qui avaient un sweet spot. Ben le sweet spot de Meguro, c'est les musiques qui groovent, que même Stephen Hawking, ça lui fait bouger son booty Aya-style quand il écoute "School Days" ou, dans un autre genre, "Tension". Tu vois ce que je veux dire, la basse qui fait "dun dun dundun dun", le guitariste qui se croit dans "Shaft", et des fois même les cuivres qui s'imaginent bosser pour Ôno Yûji alors qu'à l'évidence non, puisqu'il y a un rappeur sur scène (monte le son, cousin !).

Tu l'as compris, j'aime profondément Meguro Shôji, pour ses compositions intimistes comme pour ses thèmes bien rock et ses grooves fatals, sa capacité à produire un style immédiatement reconnaissable et cohérent, fusion des expériences d'un gars qui joue du piano, de la guitare et du trombone. J'aime ses choix artistiques, sa façon de bosser avec des mecs qui envoient la sauce : ce bassiste qui a un son bien rond, ce guitariste qui se la raconte pas et qui sonne d'enfer, Hideo Kojima à la batterie et cette chanteuse qui a une face d'écureuil mais qui atteint ses notes avec justesse comme jamais Hamasaki Ayumi n'y arrivera, même en rêve. Et ouais, le gars tout scrèd' qui se contente de faire des cocottes avec sa Fender toute neuve de mec qui fait des concerts une fois tous les 10 ans, c'est Meguro en personne ("en personne", tu saisis ?).

Donc du Japon, j'aime la zouze des mecs qui savent ce qu'ils font, notamment des compositeurs qui savent s'associer à une œuvre (jeu vidéo, dessin animé, film) et en intensifient l'expérience.

14 commentaires:

Clarence Boddicker a dit…

Bon, j'ai quand même un mal fou à te suivre sur ce terrain musical.

Et j'espère VIVEMENT que la suite s'écartera du mieux possible du secteur anime/music.

Au fond, je crois que j'aurai préféré que tu nous parles de ta femme.

Ouais. On te préfère aigri.

Clarence, bitch'n'hoes

Anonyme a dit…

T'as quelques de ses compos pour Trauma Center qui sont pas mal dans le genre aussi. Je pense notamment à celle là: http://www.youtube.com/watch?v=XMcVygaiTj4

Robert Patrick a dit…

@Anonyme : ouais, mais le "style" Meguro ce serait plutôt celle-là (groooovy, baby !)

Kamui a dit…

I'll face Myself -Battle- de Shoji Meguro, 74 écoutes me dit iTunes.

Diablo star a dit…

"cette chanteuse qui a une face d'écureuil"
Il a osé !
Enfin, Ca m’donne envie de jouer à Persona tout ça !

Je ne t'ai jamais entendu parler des « Tales Of. », je serai curieux de connaitre ton avis sur cette série et surtout sur Motoi Sakuraba !

Sinon c’est toujours un plaisir de te lire !

Robert Patrick a dit…

@Diablo Star : je suis pas sûr que tu aies très envie de m'entendre parler des "Tales of"... ;-D

Allez, je te le dis : les Tales of, c'est de la merde. Pour une raison fort simple, déjà détaillée dans mon blog sur les jeux vidéos : tu me fais pas rêver à me faire bastonner contre des lézards et des coccinelles.
Je trouve le système de combat et de menu assez pénible, et les histoires un peu neuneu dans leur réalisation (même quand c'est super grave, t'as l'impression d'être devant un dessin animé Nickelodeon).

Et pour ne RIEN arranger, il y a les musiques de Sakuraba, qui est quand même un des compositeurs les plus paresseux du marché. Oh, bien sûr, je lui pardonne tout parce qu'il a composé ce bijou de "behave irrationally", évidemment, mais sinon le mec copie-colle ses musiques d'un jeu à l'autre (progressions d'accords, sons utilisés, etc.), c'est juste à chier. Ça me fait le même effet que quand j'ai l'impression d'entendre l'OST de FFX en jouant à FFXIII.

Je pourrais te faire écouter un blind test de Star Ocean 2, Valkyrie Profile et un Tales Of et tu serais infoutu de me dire de quel jeu il s'agit... :-(
Non, les "Tales of", j'ai vite lâché l'affaire.

Naimi a dit…

Bon je te dois un grand merci!
Je ne connaissais pas Meguro Shôji et je viens de passer une heure sur youtube à écouter des morceaux et c'est vraiment vraiment très bon.
Merci

Diablo star a dit…

Mince, j’savais pas que t'avais déjà traité de « l'affaire Tales Of » !

Enfin... je m’attendais un peu à cette réaction, d’ailleurs c’est un point de vue que je partage ! Merci en tout cas ! :)

Sinon j'viens de regarder le Persona Live, c'était bien bon.
Sauf… la partie avec Nana Kitade qui était à mes oreilles (Et à mes yeux aussi, non mais c’est quoi ce look de spectre sur-maquillé, elle peut faire mieux !), profondément insupportable.

Vive miss tronche de squirrel !

Robert Patrick a dit…

@Diablo Star : je crois qu'il y a un consensus international sur cette performance de Kitade... ;-D.

Émy_Sphères a dit…

Jamais je n'arriverai à comprendre les gens pour qui "critique = haine" ?
L'expression "qui aime bien châtie bien" n'aurait-elle donc plus aucun sens ?
Et puis, est-ce que ces personnes méritent qu'on perde un temps précieux à leur expliquer une chose qui devrait être évidente à toute personne dotée d'un minimum de capacité de réflexion ?

purporc a dit…

Ouaich moi aussi je préfères quand t'es aigri et cynique. Parce que les concerts d'otageek en t-shirt qui pue la transpi, pompes NewBalance avec lacets trop serrés, et jean bleu clair trop court c'est pas classe.
Les Japonais sont nuls en musique de toute façon, ils ne font que copier ce qu'ils entendent. Les Français sont à chier aussi, mais tout simplement par absence de goût (quand on voit que des mecs comme Marc Lavoine peuvent être chanteurs...).

purporc a dit…

Je viens d'écouter Reunion with Master, on croirait ça tout droit sorti de Shenmue!

Moi le Japon de Akihabara ou Shibuya je lui défèque dessus, j'aurais dû venir ici il y a 50 ans. Dommage que je n'en aie que 24.

N7 a dit…

Depuis Persona 2, j'ai un profond respect pour ce dude ;p

Mais perso je préfère Masashi Hamauzu, car depuis SaGa Frontier 2 et Chrono Cross, je crois que j'aurais pu arrêter de jouer car j'ai vu tout ce que j'aurais voulu dans un jeu.

Robert Patrick a dit…

@N7 : moi je croyais avoir vu tout ce qu'il y avait à voir dans un jeu vidéo après Xenogears, jusqu'à ce que je tombe sur ça...

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.