lundi 8 juin 2009

De la mode japonaise pour toutes (part.3)

On m'a signalé que les caractéristiques stigmatisées dans mes articles précédents ne s'appliquaient qu'aux jeunes femmes. Qu'à cela ne tienne : on va s'intéresser à la mode des vieilles !

En effet, tandis que la tenue des jeunes Japonaises n'aura de cesse de t'émerveiller (ou de te faire rire, ou de te navrer, puisque je te l'ai déjà dit : c'est pas elles qui décident), c'est bien la mode des obasan qui va t'étonner plus que de raison. Avant toute chose, commençons par définir ce qu'est une obasan ("une vieille").
Bien des linguistes et bien des sociologues se sont penchés sur les spécificités à réunir selon les époques et les régions pour obtenir le statut de obasan, mais, comme d'habitude, Robert Patrick va mettre à l'amende tous ces branleurs payés avec tes impôts par le biais d'une péremptoire définition.
J'entends par là que ma définition va les mettre à l'amende, pas que ma définition sert à les payer avec tes impôts, hein ! (si l'idée ne t'était même pas venue, tu as un grave problème de laxisme au niveau de la syntaxe).

Définition de l'obasan par Robert Patrick :

"Une nana plus vieille que toi. Qui n'est pas ton amie".

Et voilà comment tu arrives à comprendre que ta copine Japonaise traite d'obasan n'importe quelle nana qui a 2 ans de plus qu'elle, mais que quand tu traites sa meilleure amie d'obasan parce qu'elle a 5 ans de plus elle te répond : "nan, mais n'importe quoi ! Elle est pas vieille du tout !" (pour le Prix Nobel de sociologie et/ou la médaille de l'Ordre National du Mérite, merci de me contacter via les commentaires).

Cet axiome posé, passons aux travaux pratiques :


Voilà typiquement à quoi ressemble une obasan. Reconnaissable immédiatement à 3 accessoires au choix, mais cumulables :

- une ombrelle
- des gants
- une casquette qui ne protège pas le crâne, ornée d'une visière démesurée (et ridicule).

Pour ce qui est des vêtements, manches longues et collants de rigueur par +30°C. Quand l'abricot est trempé, c'est pas toujours du fluide que tu croyais...

Ma réaction est en général la suivante :


N'étant pas coutumier de l'usage umbelliphore dans l'Hexagone, j'ai évidemment toujours l'impression que la nana tient un parapluie en plein cagnard.
Et même après s'y être habitué, on peut quand même trouver lamentable cette façon de se protéger systématiquement du soleil de la part d'un peuple qui s'enorgueillit de descendre de la déesse Amaterasu.

Attention : nous abordons là un point fondamental de la définition d'obasan, ou "comment reconnaître une obasan quelque soit son âge ou son apparence physique" : l'obasan est avant tout vieille dans sa tête.

D'où les 2 actions suivantes :

1) critique systématique des jeunes filles (qui possèdent ce trésor si précieux qu'elle-même pense avoir perdu).
2) protection systématique du soleil.

En effet, cette protection solaire a pour but de ralentir le vieillissement de la peau et de ne pas bronzer, car Blanche-Neige ne veut pas qu'on la prenne pour une guenon d'Okinawa (= nous sommes un peuple homogène et uni dans l'esprit, sauf quand il faut en sacrifier à la guerre et établir une hiérarchie sociale basée sur la blancheur épidermique. Robert Patrick 1 - Nihonjinron 0).

Pourquoi les jeunes filles s'habillent-elle en exhibant leur peau ? Parce qu'elles se savent jeunes et ne craignent pas les rides ("Oh là là, je suis tellement jeune, les rides c'est pour dans 50 ans, hi hi hi !").
Pourquoi les obasan s'habillent-elles en burqa ? Parce que la moindre exposition solaire fait prendre 10 ans à leur peau ("Oh mon Dieu, je n'ai que 30 ans et je ressemble déjà à une vieille pomme toute frippée ! Plus aucun salaryman ne voudra tromper sa femme avec moi !").

Donc mon conseil de Robert Patrick : si tu vois une femme qui se couvre de la tête aux pieds et prend des précautions particulières vis-à-vis du soleil, FUIS !

A moins que de l'entendre se plaindre tous les matins de ses rides inexistantes, cracher son venin sur la moindre idol qui aurait le culot de participer à tes émissions de télé préférées et te soupçonner de vouloir baiser tout ce qui est plus jeune qu'elle (ce qui finira par arriver, du coup) ne soit ton kiff.
Et puis compte pas sur elle quand tu fais un barbecue l'été au milieu du jardin, torsepoil avec tes potes : le bouquin préféré de l'obasan, c'est "Éloge de l'ombre".

24 commentaires:

NohantKyoto a dit…

Et toi Robert Patrick, tu n'aime pas l'Eloge de l'ombre ? Je ne pense pas qu'il y ait un clan Tanizaki d'un côté, et un clan Gundam de l'autre ; du moins je l'espère.

Guillaume a dit…

Excuse mon ignorance, mais que signifie "umbelliphore" ?


Ton article m'a appris que je ne savais même pas parler français :°

Robert Patrick a dit…

@Nohant : pas lu "Éloge de l'ombre", juste 痴人の愛, il y a quelques années. J'espère également que ceux qui en savent suffisamment pour apprécier du Gundam en VO savent apprécier la littérature japonaise.
@Guillaume : rassure-toi, ce n'est pas que tu ne parles pas français, c'est que mon niveau de français m'autorise des fantaisies.
"umbella" est le mot latin à l'origine d'"ombrelle" et "-phore" est un suffixe grec qui veut dire "qui porte".
L'usage umbelliphore est donc l'usage de porter l'ombrelle.

Guillaume a dit…

Merci pour ces précisions, je parlais surtout du passage à la syntaxe tordue (de mon point de vue) qui a fait que je me suis remis en question au niveau de mon français.

Alex a dit…

"- une casquette qui ne protège pas le crâne, ornée d'une visière démesurée (et ridicule)."

ahah oui, ca c'est typiquement un truc JAPAN SUPERIOR, si j'ose dire.

Et sinon y'a aussi celles qui ont déjà atteint un âge relativement avancé pour de vrai, des vieilles quoi. Certaines choisissent d'entrer dans la secte des cheveux rigolos. Pourquoi masquer la grisaille avec une teinture noire, naturelle, quand tu peux te mettre du violet ou du bleu dans les cheuveux ? Après tout hein...
Ce n'est certes pas une généralité, mais souvent elles vont par deux, assises cote-à-cote à discuter dans le train.
Le Japon, parfois, vaut mieux pas se poser de question.

NohantKyoto a dit…

"Eloge de l'ombre" c'est trop kakkoii. Tanizaki t'explique pourquoi le Japon c'est pas le reste du monde (comme beaucoup d'autres pamphlets nippons sauf que là ça ne sent pas le nationalisme gratuit) : il t'explique pourquoi l'architecture traditionnelle privilégie les espaces sombres et les met en scène (contrairement au reste du monde qui ne jure que par la lumière), pourquoi dans ces espace sombres et profonds les dents noircies des courtisanes, façon trou noir, aspirent ton coeur ! Alors que, vues à la lumières, sont parfaitement ridicules : Eloge de l'ombre !

Robert Patrick a dit…

@Nohan : je sais de quoi parle le bouquin, je l'ai à la maison en VO. Mais un bouquin qui s'appelle "Éloge de l'Ombre" et qui parle pas des ninja, clairement, y a tromperie.

Papayouki a dit…

Je n'aime pas Umbelliphore. Je ne trouve pas élégant de mélanger une racine grecque et une racine latine. Je préfère donc Umbellifere, 100% racine latine.

Robert Patrick a dit…

@Papayouki : c'est le problème des gens qui se branlent avec la technique et qui en oublient la finalité. J'espère que tu as bien conscience que -fère et -phore ne véhiculent pas le même sens et que dans le cas qui nous occupe "umbelliphore" est plus pertinent (toute mesure gardée, hein, ça va pas entrer dans le dico non plus).
Comme je le dis sur mon blog de japonais, la spécialisation, ça ne sert qu'aux spécialistes, et c'est pas forcément le mec qui connaît tous les mots du dico qui devient le meilleur écrivain.

sakana a dit…

La visière ridicule, elle l'est encore plus quand elle peut se rabattre sur le visage. Obasan se retrouve la face cachée jusqu'en dessous du menton par un écran noir. Comment ils s'appellent déjà, les soldats de l'empereur dans Star Wars?

black-helmet a dit…

Mdr continue comme ça, j'adore tes travaux pratiques.
Encore un article marrant xD

Vincent a dit…

Encore une fois, RP frappe fort !
Merci pour cet article qu'on prend plaisir a lire. "C'est tellement vrai" comme disait l'autre !!

Faut pas oublier non plus de dire que les femmes agees sont bien plus complexees que les jeunes.
Beaucoup de japonaises veulent etre "blanches", comme les occidentales, car le jaune, la peau brunatre, ce n'est pas beau d'apres elles.
D'ou cette peur du soleil, on se protege pour un rien car la marque de bronzage sur une peau japonaise se voit tout de suite.
Alors qu'en France, on se la pete quand on nous retorque "Wouah!, t'est tout bronze !", ici, on se cache.
A Tokyo, hors de question de se retrouver bronze comme un japonais de Okinawa, sacrilege !

Quand on y pense, les japonais sont tres complexes : cheveux noirs, facieste plat, yeux brides, pas de poitrine.
Tiens, a ce propos, pourquoi la chirurgie esthetique sur les seins ne se fait pas au Japon ? on se debride bien les yeux.

Patataboy a dit…

Les troopers.

Autant pour les jeunes j'avais trouvé que tu généralisais, mais avec les vieilles c'est vrai que celles qui laisse le soleil (symbole de leur pays quand même) lécher leur peau, elles se compte sur les doigts d'un manchot.

Alors c'est vrai que pour nous c'est assez ridicule car nous n'en avons pas l'habitude et on laisse le soleil nous frapper la gueule en pleine journée, soit sans protection, sois avec des crèmes solaires bourrées de paraben (de la W40 ça coute moins cher au baril).

Je pense que sur le long terme elles sont raisons pour des raisons médicales, en revanche je ne suis pas sûre que leur choix leur soient dictés pour des raisons de santés.

NohantKyoto a dit…

Désolé cher Patrick (dont j'aprécirai toujours le blog, voir même de plus en plus si les mise à jours deviennent moins espacées !!!) mais le mélanges de racines sonnent toujours un peu barbare pour peu qu'on ait un peu de latin et de grec à l'oreille (ce qui est ton cas je n'en doute pas), quelque technique que soit cette remarque !

Nesterou a dit…

Haa, le phénomène burka au Japon... ça me rappelle Fukuoka l'an dernier... il devait bien faire 35° puis j'ai vu une sorte d'apiculteur en noir... mais non, c'était une obasan qui voulait se protéger du soleil. Jamais vu ça. En tout cas j'étais bien peinarde dans le bus climatisé, et j'étais pas la seule à avoir remarqué ce morceau de tissu ambulant. Pas un mot, juste un sourire: ce fut, je crois, le seul moment de connivence que j'ai pu avoir avec un japonais inconnu T_T
PS: souvenir de Fukuoka <3

Amaterasu a dit…

la part d'un peuple qui s'enorgueillit de descendre de la déesse Amaterasu.
Merde ! Chui en pleine relation incestueuse moi alors ? Va falloir eviter de faire des gosses alors... :/

rambijey a dit…

L'éloge de l'ombre consisterait plutôt, au contraire, à trouver une certaine beauté dans la vieillesse, les rides, la peau noircie des vieilles femmes ayant travaillé toute leur vie dans les rizières... A la limite, ça serait plutôt de l'Iki!

Patataboy a dit…

Nesterou:
Je suis étonné que sur la photo de ton blog, tu entoures les ombrelles. Elles sont de saison en été, ce n'est pas une erreure de leur part.
On a bon nombre de photos de la belle époque avec ces dames portant fièrement l'ombrelle au côté de ces messieurs portant fièrement la moustache.

D'ailleurs une ombrelle ne protège que du soleil, su tu va sous la pluie avec tu va prendre la saucée sur la gueule.

Nesterou a dit…

>Patataboy
Je sais que c'est pas une erreur...
C'est juste que si on lit bien Robert Patrick dit: "Donc mon conseil de Robert Patrick : si tu vois une femme qui se couvre de la tête aux pieds et prend des précautions particulières vis-à-vis du soleil, FUIS !"
En gros j'étais cernée par les Obasan Oo... d'où le "Game over" et... bon, apparemment personne n'a capté le truc u_u
Merci pour la différence ombrelle et parapluie, je ne suis quand même pas à la ramasse à ce point =) A la Belle Epoque ça passait, mais là faut pas exagérer.

Edo a dit…

Un petit commentaire sur les Japonaises jeunes qui se qualifient d'obasan dès qu'elles sont mises devant des personnes plus jeunes?
Je ne compte plus les fois où j'ai entendu des Japonaises se qualifier ainsi alors qu'elles avaient moins de 25 ans (une avait 27 ans... Ouh que c'est vieux).

Alors je me demande si :

1. C'est une manière de faire dire au gentil garçon en face : "mais non voyons, tu es encore jeune et mignonne !!"

2. Elles sont juste comme tu le dis persuadées d'être vieilles

3. Elles ont envie de faire comprendre au type d'en face que c'est un gamin. Parce que ouais, c'est quand je disais (qu'à l'époque) j'avais 19 ans qu'elle s'exclamait ainsi.

Bref, les jeunes obasan ?

Robert Patrick a dit…

@Edo : réponse numéro 2, elles sont persuadées d'être des vieilles. Particulièrement si elles ne sont pas mariées, car la fille de 25 ans peut être une jeune épouse (mariée, donc au début de sa nouvelle vie), ou bien une "vieille fille", car pas mariée et donc à la fin de sa vie de jeune (je rappelle que la Japonaise peut vivre 25 ans sans se marier, après quoi elle flétrit et périclite).
Donc malheureusement, une nana de 25 ans peut très bien s'envisager comme vieille, mais tes compliments sur sa peau blanche et lisse comme un mochi ne lui en feront que plus plaisir ;-)

Edo a dit…

Triste vérité donc...
Par contre j'en ai déjà entendu des plus jeunes encore se qualifier d'obasan. 23 ans, 22, et même 21.
J'ose espérer qu'à 21 ans elles sont pas persuadées qu'elles sont périmées juste parce qu'elles n'ont pas "réussi" à se marier :p

Pas mal le conseil pour la peau lisse et blanche comme le mochi en tout cas.
Je retiens pour le placer, avec un air faussement étonné : ええー!餅みたい!
Vais faire un carton grâce à toi !

Robert Patrick a dit…

@Edo : il y a déjà une expression toute faite pour exprimer ça.

Zap Brannigan a dit…

Plus que les ombrelles, ce qui me tue, c'est les espèces de gants ignifugés qui sont incorporés au guidon. Combinés avec les visières géantes, t'as vraiment l'impression de voir Goldorak sur un vélo.

@ Vincent : si tu veux voir des seins refaits, il suffit de te promener dans les rues de Kitashinchi (la capitale osakaienne des hôtesses), dans le quartier d'Umeda. T'en trouveras autant que tu veux ;-)

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.