mercredi 20 mai 2009

Le nez dans son caca.

Google Actualité vient de m'apprendre que le Japon s'en prend plein la gueule avec la grippe A.

Bien fait. Quand on est con, on est con, disait l'autre.

Depuis le temps que je prédis à tous ces obsédés de l'hygiène et de l'aseptisation maniaque qu'à force de prendre le problème à l'envers ils vont se faire décimer à la prochaine grande épidémie, ben ça y est, en pleine tronche.

Oh, je ne m'inquiète pas : cons comme ils sont, ils vont pas remettre en cause leur façon de fonctionner et vont continuer leur diligente chasse aux microbes.

Voyons le bon côté des choses : ça va les soulager de quelques vieux...

Japon, Japon, quand donc mettras-tu ton génie créatif au service du bon sens ?

11 commentaires:

Alex a dit…

Qu'est-ce t'entends par "prendre le problème à l'envers" ?

Robert Patrick a dit…

@Alex : chercher à supprimer les microbes de son environnement plutôt que de renforcer ses défenses naturelles.

DaMZ a dit…

Alex : A force de vivre dans un univers aseptisé, les défenses immunitaires du corps "baissent en qualité". Pour faire simple c'est comme si c'était des athlètes.
Si ils ne bossent pas, ils perdent en efficacité. Bein là c'est pareil. Les défenses ne bossent pas des masses puisque privées des microbes de tous les jours. Alors forcément quand elles se retrouvent nez à nez avec une bonne grosse grippe comme en ce moment, y'a plus personne pour défendre le bastion.

Sinon, plus générale, il est claire que les japonais sont bien atteins à ce niveau. Robert Patrick tu me dis si je me trompe, mais on m'a dis qu'ils avaient des chaines supplémentaires, dans les laboratoires qui fabriquent les médicaments, pour trier les cachets sur leur aspect extérieure.
En fait, il peut arriver qu'un cachet ne sois pas totalement homogène dans sa couleur ou même qu'il y ait une petite tache... Et bein les japonais de base vont pas le prendre. Et pire, ils vont jeter la plaquette (si c'est pas plus).

Robert Patrick a dit…

@DaMZ : j'étais pas au courant pour cette histoire de médicaments.
Mais les Japonais et la médecine, c'est vraiment quelque chose de très spécial et perturbant.

n a dit…

Mmmh, sauf que ça tue personne, cette grippe — à part dans les pays pauvres comme le Mexique ou les USA. Et que les vieux japonais ont une chance d'être immunisés grâce à une souche d'il y a une quarantaine d'années, proche de la présente porcinette (l'immunité face aux virus c'est pourtant simple : tu as déjà produit une fois les anticorps ou pas, ceci dit en passant). Et que question hygiène, du savon dans les chiottes publiques, je crois bien n'en avoir vu qu'à Tokyo. (C'est exact que question auto-médication abusive et autres gargarismes, ils y vont souvent à la pelle — plus lié à un marketing réussi qu'autre chose, m'est avis.) En gros. Et puis ce n'est pas très important.

Alex a dit…

Donc j'appelle pas ça prendre le problème à l'envers, c'est plutôt choisir une autre solution (un peu utopique et naïve sur les bords, certes, mais ne sont-ce pas tous de grands enfants ? ;-) )

@DaMZ ça je le sais, le problème étant : vaut-il mieux vivrre "faible" dans un endroit super-clean (donc aux risques minimisés) quitte à ce que dame nature réalise un petit tri sélectif dans la population du 3ème age une fois par siècle, ou être plus robuste et enjouailler le confort et l'hygiène stratosphérique de son bon vieux metro parisien ?
Perso, le premier choix me va tout aussi bien que le deuxième. La pandémie tueuses de vieux c'est grosso-modo une fois par siècle, le metro crado qui pu c'est 24/7 à paris. La vie est affaire de choix qu'ils disent. Bon, j'aurai peut-être pas le même discours dans 60 ans cela dit... :D

Cela dit je plains le mec qui part 15 jours en vacances et qui se retrouvent à coté d'un mec contaminé dans l'avion. Bim, 10 jours de quarantaine. Sympa les vacances à Tokyo, il s'en souviendra.

Christophe a dit…

C'est bien beau de dire qu'ils prennent le probleme a l'envers, mais... comment tu veux "entrainer" tes defenses immunitaires ?

Des que quelqu'un a une grippe lui rouler un patin, histoire de tomber malade et etre immunise?
Boire de l'eau croupie pour renforcer ton systeme digestif?
Ne manger que les produits dont la date d'expiration est 2 mois auparavant?

Je comprends le principe... societe qui fait la lutte aux microbes... ca fragilise ton systeme immunitaire, vu qu'il a de moins en moins de boulot a faire... mais, que veux-tu y faire?

J'ai bien sur exagerer dans mes 3 exemples ci-dessus, mais... je ne vois pas ou les japonais sont "maniaques" de l'hygiene ? (L'exemple des medocs, m'a mis sur les fesses quand meme).

Bon, j'attends une reponse, quitte a me faire remettre a ma place comme sur le blog qui m'apprend le japonais a moi le gaijin.

Clarence Boddicker a dit…

Oh, faut faire gaffe les gars. Ce blog se transforme rapidement un chambre de culture du cliche ecule.

Les champions du monde de la consommation de medocs ?

Bah nous, grace a notre bonne vieille securite sociale. Et croyez-moi, les trieuses existent aussi en europe, mais bon, on peut toujours taxer les japonais pour exces de zele. C'est simplement le "on m'a dit que" qui a du mal a passer...

Enfin, en Afrique, sur qu'on evite de perdre du temps pour ce genre de vetilles.

Les vieux face au peril de la grippe ?

Laissez-moi rire. Quiconque aura ete au Japon sait pertinemment que les vieux du coin sont impermeables a toutes menaces, remember Hiroshima, Godzilla et Togawa Jun ! Alors le H1N1, croyez-moi, ils rigolent les vieux, pensez, ils en ont vus d'autres, surtout ceux qui vivent a Okinawa !

Non, la grippe porcine prefere les jeunes. Et si possible entre 15 et 25 ans et dodus de preference !

Une espece qui, si en croit les courbes de natalite, se fait de plus en rare, et qu'on protege un rien de trop au Japon (et qu'on gate aussi - encore un coup des "vieux" vous pouvez etre surs !).

La, on avait un sujet en or, mais la maniaquerie a Narita (mon dieu, tous ces etrangers !), le virus chafouin du H1N1, les vieux soit-disant faibles, mouais, on repassera quoi.

Clarence, il kiffe l'automedicamentation

Tom a dit…

@ Christophe : "Prendre le problème à l'envers", c'est d'un point de vue structurel - c'est pas au cas par cas, sur renforcer son immunité face à tel ou tel virus. C'est comprendre ce que c'est qu'un corps vivant, au contact permanent d'autres organismes vivants.

Le problème, c'est celui de l'hygiène, et peut-être qu'il y a un côté extrémiste au Japon, mais ils sont fondamentalement dans le même trip que l'hygiène américaine, et par conséquent de l'hygiène européenne post WWII.

Evidemment que l'hygiène a représenté un énorme progrès d'abord en terme de survie, et ensuite en terme de qualité de vie (parce que bonjour la vie avec les parasites sur la peau au XVIIe et les vers intestinaux, et les plaies qui cicatrisent pas).

Ensuite, il y a un moment où on change de perspective, et où on passe d'un monde où l'hygiène nous aide à limiter la coexistence avec des organismes potentiellement pénibles ou dangereux - à un monde où tout ce qui est "autre", "extérieur", est un danger. Et ça, si j'ai bien pigé le topo japonais, c'est quelque chose qui leur parle sans doute beaucoup, la menace de "l'autre".

Mais ce glissement d'un système où l'hygiène, c'est aider la protection du corps à un système où l'hygiène, c'est l'éradication des organismes étrangers, ce glissement est loin de leur être exclusif, voire nous le partageons tous aujourd'hui dans la culture occidentale.

Nesterou a dit…

Le problème de nos jours, et ça c'est valable dans tout les pays dits développés, c'est qu'on est couvés et surgavés de médicament, et que dès qu'on a un pet de travers on va vite à l'hôpital (parce que le médecin généraliste, c'est moins bien évidemment).
D'un autre côté, c'est marrant parce que les toilettes publiques et autres endroits publics d'ailleurs, sont d'une saleté affolante... c'est un peu tout et son contraire.

Zap Brannigan a dit…

Un petit exemple d'hygiénisme à géométrie variable : pendant la psychose suscitée par la grippe porcine, j'étais allé manger dans un resto à volonté. A l'intérieur, des employés dûment masqués et gantés passaient leur temps à frotter tables et chaises avec des chiffons imbibés d'alcool, dès que des clients partaient. Dans le genre "très chers clients, afin d'avoir l'air soucieux de l'hygiène, on a décidé de vous traiter comme des pestiférés", j'ai trouvé ça pas mal.
Bien sûr, pendant ce temps, tout un chacun pouvait librement aller se servir au buffet, et tousser à volonté sur la nourriture...

Et quelques jours plus tard, un rabatteur m'invitait à aller dans une boîte un peu chaude. A Osaka, pour qu'un rabatteur invite un étranger, il faut vraiment que l'établissement soit au bord de la faillite à cause du manque de clients... Bref, ça m'a inspiré une question : en période d'épidémie, dans les boites à strip-tease, est-ce que les filles se passent un coup de chiffon alcoolisé sur les mamelles, entre deux clients, histoire de faire style "tu peux y aller mon gars, c'est safe" ? Est-ce que quelqu'un peut m'apporter une réponse empirique ? ;-)

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.