samedi 30 mai 2009

De la mode japonaise (part.2)

Nous avons pu observer la dernière fois comme la mode japonaise demandait une mise en valeur par le biais d'accessoires ; nous allons apprécier aujourd'hui les éléments vestimentaires fondateurs de cette mode.

D'abord, il y a le conformisme.
Ça paraît tout con (ou une évidence), mais un des aspects les plus importants de la mode, c'est de faire comme son voisin. Il fait un temps dégueulasse mais ta voisine est en T-shirt ? Allez, toi aussi mets un T-shirt ! Il fait un soleil radieux mais ta voisine est en pull ? Allez, fais péter le pull !
L'inconvénient majeur de ce conformisme, c'est qu'évidemment si la mode est aux fringues ignobles, 90% de la population féminine japonaise devient imbaisable.

Ensuite, il y a la sécurité.
Ça n'a l'air de rien, mais quand t'es Français et que tu passes devant des boutiques de sapes, le premier truc qui te vient à l'esprit, c'est que PAS UNE FILLE ne pourrait porter ces vêtements sans se faire insulter ou violer. Donc par réflexe tu te dis : "non mais qui peut porter ces fringues-là ?!". Et la seconde d'après tu croises une nana portant exactement les vêtements en question.
La sécurité, c'est donc également la liberté de porter les vêtements qu'on veut (= que les magazines veulent qu'on porte)

Mais une illustration valant mieux que mille mots, passons aux travaux pratiques :


Armés de notre nambesque échantillon, livrons-nous aux premières analyses :

Trois caractéristiques essentielles de la mode japonaise en présence ici :

1) les chaussures à talons. Nous aurons évidemment l'occasion de revenir bientôt sur la place de la chaussure à talon chez la Japonaise. Contentons-nous pour le moment d'observer qu'une Japonaise sans chaussures à talons, c'est forcément une Japonaise dans l'uniforme de son école.

2) le zettai ryôiki, c'est-à-dire la zone de chair se situant dans l'intervalle entre le haut de la chaussette et le bas du short ou de la jupe. L'alliciante partie est d'ailleurs classée de A à E dans la nomenclature japonaise et de E à A dans la nomenclature américaine en fonction de la longueur de la chaussette. Nous avons ici affaire à un zettai ryôiki de classe D (par souci de cohérence, nous utiliserons bien entendu les mêmes normes que nos proies amies Nippones).

3) l'indispensable bonnet à pompon qui, je te l'accorde, n'est pas de rigueur toute l'année, mais si tu étais au Japon en octobre 2008, toi-même tu sais. Et non, ne viens pas m'opposer que cette photo ayant été prise à Ôsaka, peut-être que c'est pas partout pareil, car je tiens à ta disposition le cliché suivant, pris à Shibuya pendant que j'attendais Ban-chan (j'étais, comme à mon habitude, très en avance) :

Non, ne me remercie pas, et procède plutôt à la méthodique analyse de ses magnifiques jambes sa tenue, pour voir si tu as bien retenu la leçon :

1) les chaussures à talons
2) le zettai ryôiki, encore de classe D (nous dirons D-, car retroussé)
3) le fameux bonnet, pas toujours blanc, mais toujours à pompon.

Te voilà désormais paré aux plus fines analyses vestimentaires. Prends garde cependant à ne pas oublier la pierre angulaire de la mode japonaise : quand t'as le choix entre deux vêtements ou accessoires, choisis toujours de la marque (魅力+10 au pays du soleil levant).

16 commentaires:

Vincent a dit…

Quelle analyse ! je n'avais jamais regarde tout ca en fait.
En esperant voir une part3 !

Pavy a dit…

Ban-Chan qui nous fait son ingenu :D Allez on va te croire :p
Sinon " si la mode est aux fringues ignobles, 90% de la population féminine japonaise devient imbaisable.
". Suffit alors de leur enlever les fringues et elles redeviennent tout de suite mettables ... ou pas (c'est pas l'habit qui fait le moine et inversement!).

Pav contamine pas Ama. Vais devoir desinfecter l'appart!

BEBOPER a dit…

Les pieds en dedans, c'est moche. Surtout avec des talons hauts...

senbei a dit…

C'est toujours aussi bon, ces analyses. J'attends la suite !

J'espère que tu as remarqué aussi dégouté que moi que la mode de l'été qui vient d'arriver, c'est la robe de gitane jusqu'au mollet.

Ce maudit Paco Rabanne et ses théories à la con sur le lien entre conjoncture économique et longueur des vètements (généreusement inversement proportionnels) aura peut-être raison, finalement.

Nesterou a dit…

Les pieds en dedans... ça peut être mignon, mais au fond ça fait quand même assez neuneu.
Sinon j'ai été surprise par la lycéenne en uniforme donnée en lien... Elle est atrophiée des bras... c'est peut-être une impression mais ça fait quand même bizarre.

Robert Patrick a dit…

@Nesterou : t'as regardé ses bras ?!!
T'es grave !! ;-D

Alex a dit…

Chacun son vice, s'il aime les bras \o/

Ca me fait penser à http://www.lazyeights.net/Avion/Motivator/motivator_nintendo.jpg :D

Mais c'est vrai qu'à bien y regarder, elle a de sacrées longues jambes, et du coup ca lui fait des tout petits bras. Enfin de manière générale je me méfie des photos de dos, ca peut vite être une grosse feinte.

Nesterou a dit…

Allez, c'est toujours la même chose hein u_u
J'aurai dû le dire dès le départ, jamais personne pense une seconde qu'apparemment je puisse être une fille... ce qui est le cas T_T
Bref, on dirait que pour la jap', c'est qu'un effet d'optique... ou de perspective je-ne-sais-quoi... c'est dingue!

Patataboy a dit…

Je suis étonné par ton systematisme au niveau de ta critique vestimentaire. Étonnamment, de mon long séjour à Tokyo je ne me rappel pas que toutes les gonzesses avaient ces manies vestimentaires mais plutôt que cela marchait en groupe de mode. il y a les classiques, les sportives, les kogaru ... en fait elles sont plus à choisir le style du groupe qu'elle veulent intégrer ou être assimilée. Ensuite tu as tout à fait raison, elle respecte le code vestimentaire à la lettre.

Chance pour moi je suis marié à une non conformiste et mes amiEs japs ne sont pas non plus dans ce tripe (qui touche en général les ados et celles qui n'ont pas encore 35 ans)

qctx a dit…

There's no girls on the Internets !

Plus sérieusement, Robert Patrick, quitte à parle de zettai ryouki, il est impossible de ne pas mentionner la proportion idéale de la chose tel qu'a pu le faire Darkmirage : http://www.darkmirage.com/2006/12/15/japanese-titbits-3-zettai-ryouiki/#more-647

lucienclercq a dit…

Robert Patrick, vous êtes grand !
Merci pour ces études qui, n'en doutons pas, feront date dans la sociologie du peuple japonais, amitiés du Hokkaïdô, Lucien

laurent a dit…

"Les magnifiques jambes". t'as des drôles de goùts toi. je t'imagine bien en train de faire la photo vite fait...fais gaffe y en a qui ont du te capter haha.

Robert Patrick a dit…

@Laurent : de drôles de goûts, sans doute, disons que je suis hétérosexuel et que je préfère les jambes longues et fines que courtes et grosses.
Mais je peux comprendre que tout le monde n'aime pas ronger les articulations.

laurent a dit…

la belle image, je n aurais pas dit mieux. t puis chacun ses gouts ca ne se discute pas. mais il y a plus elegant a mon avis.

senbei a dit…

Putain, je peux pas m'empêcher de revenir faire un tour dans ce post de temps en temps, histoire de revoir cette lycéenne...je finirai en prison si je reste dans ce pays, grave.

Senbei, en rut comme d'accoutumée.

Robert Patrick a dit…

@senbei : Non mais copie la tof sur ton disque dur, mec ! ;-D
Ce sera moins traçable...

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.