dimanche 16 janvier 2011

Plein ta gueule pour pas un rond.


Tu le sais, je ne regarde pas la télé. En revanche, il m'arrive de passer sur ForumJapon, et comme on m'annonçait ce soir une émission sur les Japonais qui ne baisent pas/plus ("l'Empire des Sans"), tu penses si j'étais à l'affût de la moindre connerie débitée, pornosociologue que je suis.

Eh ben j'ai pas été déçu. Un bon reportage de merde comme on les aime, tout dans l'approximation et le cliché forcé. Et comme mon décodeur TNT permet d'enregistrer l'émission, c'est bien ce que j'ai fait, et je me la repasse maintenant pour te démontrer à quel point les médiocres à l'origine de ce projet auraient dû s'abstenir.

1) approximation et désinformation sont les 2 mamelles du reportage de merde.

A sept minutes dans le reportage, on nous présente Rina, en nous affirmant que "les divorces restent rares". "Rares", pour moi, c'est moins que "peu fréquents". Sauf qu'évidemment le reportage a oublié que le téléspectateur un peu curieux ou un peu cultivé va aller chercher les chiffres exacts sur le net et obtenir des résultats concrets.
Non seulement 27% ne correspond pas exactement à ce qu'on peut estimer "rare" (ça fait 1 sur 4), mais en plus c'est un chiffre supérieur au chiffre annoncé pour la France. Bien joué les mecs, argumentation solide et tout.

On s'intéresse ensuite un peu plus à notre amie Rina :
a) Rina nous dit : "j'ai décidé que". Le choix lui revient, c'est bien elle qui a décidé d'arrêter les relations sexuelles.
b) toujours fière de sa connerie, la meuf avoue : "un jour je lui ai dit que nous ne recoucherions pas ensemble tant qu'il n'aurait pas une situation financière plus stable". On appelle ça du chantage sexuel, et je t'apprends que tu es juste une grosse salope qui mérite la peine de mort, heureusement encore en vigueur dans ton pays. La nana insiste : "si ta situation s'améliore, on verra". Tu sais comme moi ce que signifie le "on verra" japonais : c'est ce que tu sors à la vendeuse de fringues après avoir essayé des millions de trucs et que tu te casses sans rien acheter.
Donc la nana assume clairement le fait d'être la dernière des roulures, qui pense que la relation sexuelle est un instrument de pression et non un acte d'amour.
Sa copine, qui suinte autant l'intelligence que Rina la joie de vivre, a bien compris son propos : avoir exploré la richesse du sexe, c'est avoir essayé toutes les positions.

Si le mari veut aller baiser ailleurs, je ne peux QUE L'ENCOURAGER !

2) Je fais un reportage sur le Japon sans comprendre le japonais.

Le mec qui traduit 面倒くさい par "je suis fatigué", comment tu peux lui accorder le moindre crédit ?
C'est le contre-sens par excellence. Il ne dit pas "je suis fatigué", mais "c'est chiant". Donc le problème ne vient pas de lui, mais de ce qu'on lui demande de faire. Si t'avais compris la nuance, peut-être que t'aurais eu une chance d'aller chercher la vraie info qu'il te fallait. Mais non.
En même temps tu parles de "l'épouse" de ce Fumio, alors que le mec est visiblement pas marié. Est-ce que tu sais au moins de quoi parle ton propre reportage ?...

Et ça continue avec la traduction de "文句言われる" par "on va m'embêter". Non, mec, le gars est en train de t'expliquer que sa meuf lui CASSE LES COUILLES et que sa cabine de porn, c'est son havre de paix, l'endroit où personne le surveille et où personne vient lui pourrir sa vie.
C'est ÇA que le mec est en train de t'expliquer. Et tu passes à côté, parce que tu préfères ton voyeurisme de gars qui se trouve dans une cabine de porn.

Et hop, un peu de pub pour Tenga, indispensable.

Bien sûr, comme tu parles pas japonais, quand une de tes interviewées te sort une incohérence, ben tu la laisses débiter sa connerie sans la mettre devant ses contradictions.
C'est ainsi que Kitahara Minori, "féministe", affirme : "Avant, les hommes devaient dépenser beaucoup d'argent et de temps pour avoir des relations sexuelles (...) aujourd'hui, les hommes ne font plus beaucoup d'efforts pour séduire les femmes et pour avoir du sexe, comme il le faisaient avant. (...) [Ils] veulent du sexe, sans faire d'effort."

NO SHIT, SHERLOCK !!?

Oh putain, comment les mecs ont rien compris à la vie, les pauvres ! Ils préfèrent avoir du sexe SANS dépenser "beaucoup d'argent et de temps". Ouah, j'imagine le nombre de sociologues qui se prennent la tête avec ce problème pour le moins épineux !
Tu peux me traiter de misogyne, mais tu remarqueras que la nana a observé TOUS les éléments de l'équation et reste complètement incapable de déduire quoi que ce soit. La parité pour les prix Nobel de science, c'est pas pour demain, on dirait...

Mais comme la nana est une féministe qui se bat pour l'épanouissement sexuel, elle t'explique que pour bien faire l'amour il faut apprendre "tout un tas de techniques", notamment "bien faire une fellation".
C'est un peu comme si tu disais : "pour faire à manger, il y a tout un tas de techniques à apprendre, par exemple, faire bouillir de l'eau".

OH MON DIEUUUUUUU !!! Mais bien sûr que les mecs vont pas baiser avec toi s'ils doivent se fader ta putain de conversation de mongoloïde !!!! La fellation, c'est pas un truc que tu apprends parce que t'as un examen à la fin de l'année, c'est un truc que tu apprends pour donner du plaisir et donc ce que la meuf dit EN SUBSTANCE, mais que le trou-du-cul de journaliste ne relève pas, c'est que LES JAPONAISES NE SONT PAS DANS L'ENVIE DE DONNER DU PLAISIR A LEUR PARTENAIRE. Elles sont encore dans le passage d'examen, dans la révision de la veille pour tout oublier le lendemain et continuer leur vie sans la moindre compétence acquise.
C'est pas le sexe en soi, le problème !

L'aveu qui tue : "on trouve des informations partout, et pour nous, les femmes, cela devient l'enfer". Ah ben oui, forcément, pour se perfectionner, c'est beaucoup plus l'enfer quand on trouve des informations partout que quand on trouve des informations nulle part.
Les femmes, toujours à la pointe de la logique...

Et le journaliste, lui aussi à la pointe de la pertinence : "plus de 80% des objets vendus dans les sex shops seraient des objets masturbatoires". LOL ! Eh, gros malin, trouve-moi UN SEX-SHOP DANS LE MONDE où 80% des objets vendus ne sont pas masturbatoires ! Qu'est-ce qu'on vient acheter dans un sex-shop, à ton avis ?

3) la recette fatale pour un bon reportage de merde : ne pas connaître son sujet.

Le journaliste, most fatalous, sort sans se démonter (je sais bien que c'est Tom Novembre qui parle, mais il invente pas le texte, hein) : "les films X sont pour la plupart des dessins animés".

AHA AHA AH AHA AHAHA HAHA HA AH AHA HAA !!!!

Oh putain, toi t'es un bon.

Et hop, encore un peu de pub pour un fabricant de Love Dolls.

4) le reportage de merde est verbeux et emploie le cliché pour essayer de masquer qu'il n'a rien à dire d'intelligent.

"les lolitas sont d'adorables baby-dolls". QUE VEUT DIRE CETTE PHRASE ?!!!!!

"comme autrefois les geisha, ces jeunes filles représentent le fantasme, l'inaccessible" INACCESSIBLES A QUI ? Pas aux mecs qui les baisent en tout cas. Le reportage nous balance des images de kogyaru, dans le quartier de Shibuya où il y a juste la plus forte concentration de cas de SIDA de Tôkyô. Tout ça grâce à des prises de sang, bien sûr...

Le passage sur Rika est pas mal, vu qu'il n'y a qu'elle qui parle et qu'elle est plutôt futée.

Mais le journaliste se reprend bien vite en nous donnant une explication probable ("sans doute") de l'origine du mot 水商売. Un "sans doute" qui aurait pu être facilement évité en passant 3 minutes sur Wikipedia. Paie ton investigation.

"le comble de l'érotisme consiste, par exemple, à se faire masser les lobes d'oreilles". Alors déjà, le mec comprend pas que l'intégralité de la pratique vise à se faire NETTOYER les oreilles. AU. SECOURS. Et OUI, je suis désolé de t'apprendre que "le comble" de l'érotisme se situe bien évidemment plus dans un contact non-sexuel que dans une pénétration. C'est juste un peu le principe de l'érotisme. Ou alors tu serais un mec tellement puceau qu'il a jamais compris l'érotisme ressenti chez le coiffeur quand c'est une nana qui fait l'amour à ton crâne ?

Le journaliste continue dans son hors-piste avec la conclusion de ce qu'il vient de voir : les hommes cherchent du maternage dans ces salons.
Alors je te pose la question à 10.000 yens, Jo-le-psy : les femmes, elles vont chercher quoi, dans les salons de coiffure, les SPA, les salons de massage, les salons de manucure ? Du maternage ?

Toujours dans le cliché le gars balance : "pour plaire, une femme doit exalter l'imagination".
Ah ben oui, ça corrobore. Tu es puceau.
Alors je te dis un secret, le répète pas : C'EST COMME ÇA POUR TOUTES LES FEMMES DU MONDE !

Confirmant un total pucelage sociologique, le journaliste n'hésite pas à exposer son ignorance à la face du monde : "si l'on en croit la plaquette des neko-cafés, le contact des animaux diminuerait l'anxiété, le stress et la frustration".

Mec, je vais te dire un autre secret, mais pareil, hein, tu le gardes pour toi : SI L'ON EN CROIT 100% DES ÉTUDES SUR LE SUJET, C'EST LA RAISON POUR LAQUELLE 100% DES GENS QUI ONT UN ANIMAL DOMESTIQUE ONT UN ANIMAL DOMESTIQUE. ET ILS SONT A 100% D'ACCORD AVEC CETTE AFFIRMATION.
Mais toi t'étais pas au courant. Dommage, hein ?

Alors là on s'intéresse à un certain Kota, qui a effectivement un réel souci. Il tient un magasin de musique mais préfère se payer une Lamborghini plutôt que de jouer de la guitare dans la rue, ce qui lui assurerait évidemment 100 millions de chances de plus de se taper des meufs. Le mec explique : "je crois que c'est un peu par frustration que j'ai acheté cette voiture". Je vais être honnête avec toi : oui. Et comme on en est aux confessions, je vais te révéler un autre truc sur toi : le mec qui roule en Lamborghini et qui porte des chaussures marrons avec un costume bleu marine, on voit que c'est un paysan qui a claqué tout ce qu'il avait dans sa caisse et ça, ça repousse grave les meufs, qui ne voient en toi qu'un naze dénué de goût. Et donc probablement le mec qui les sortira dans un restau miteux. Et ton bracelet en plastique cheap, aussi, tu penseras à éviter.

On continue avec Ryô, 25 ans. Là encore, le journaliste nous montre à quel point il est aux fraises.
D'abord il ne remarque pas que Ryô est gay, alors que c'est pourtant évident : il a un Mac.
A aucun moment Ryô ne parle de "fille", il dit qu'il "gère cela tout seul". On comprend qu'au Japon cette pudeur recouvre autre chose que "je trouve une copine pour la soirée".
Gaydar doesn't lie, man.
Mais le journaliste insiste sur le fait de "trouver une petite amie". Désespérant...

Et il conclut sur le fait que les herbivores "inquiètent" car ils mettent en danger le taux de natalité (je suis d'accord), mais aussi "la consommation et la croissance".
AHA AH AHA AH AAH AH AA !!!

Hey, mec, t'es sûr que t'as bien regardé ce que Ryô avait dans sa chambre ?! Les "herbivores" sont de GROS consommateurs et c'est bien pour cela qu'ils rejettent le modèle de couple (et le mec te l'a dit cash, quoi, c'est quoi ton problème ?) : ils ne veulent pas d'un modèle où tout leur argent va dans les poches de leur femme, ils veulent leur blé pour eux et le dépenser pour eux.

Pour être sûr de bien finir sur le cliché qui tue, Jo-le-sociologue se demande si les herbivores seraient des rebelles qui voudraient remettre en cause "les valeurs matérialistes" du "Japon de leur parents".
MAIS BIEN SÛR !! Exactement comme les kogyaru il y a 20 ans, qui se rebellaient contre la société japonaise "de leurs parents"... EN SE VAUTRANT DANS LA CONSOMMATION !!

Ah elle est belle, la rébellion des antimatérialistes ! On a hâte de voir le résultat, tiens.

On apprend également que "pornographie et prostitution sont sommées de procurer un plaisir immédiat et sans efforts". Euh... Oui, là encore, c'est un peu le principe...

Question sociologie, ce reportage était donc pathétique, exactement comme tous les autres reportages qu'on nous inflige sur le Japon. Quand ce ne sont pas des clichés visuels, on a droit à des interprétations foireuses, une naïveté qui passe à côté des évidences, une non-connaissance du sujet qui gâche la bonne intention de départ et éventuellement les efforts de réalisation.
Le cas de Fumio est inquiétant : le mec lâche TOUT. Il te donne TOUS les éléments dont tu as besoin pour faire un reportage qui tient la route, il te tend TOUTES les perches pour les questions qu'il faut, et tu en fais quoi ? Rien.
Parce que t'es un putain de puceau et que la sexualité, a fortiori celle d'un pays étranger, juste t'as pas ce qu'il faut en caisse pour aborder ça.

[MISE A JOUR] : le reportage est visible en streaming ici

25 commentaires:

Vincent a dit…

Oh, ca m'a l'air tres interessant tout ca.
T'aurais pas un moyen d'uploader l'emission sur megaupload par hasard ?

swisscheese a dit…

Ca a l'air fort mauvais comme reportage et je suis bien content de l'avoir manqué.

Thomas a dit…

Il a été réalisé par l'équipe de Total Manga le documentaire non ? *rires de sitcom*

Merci pour cet effort de clarification en tout cas, il faut bien quelqu'un qui se dévoue pour le faire ! Je connaissais pas cette statistique Mac/Gay. Je vais p'tet repasser sous Windows du coup.

DimSum a dit…

Les Japonais qui ne baisent pas! En voilà une bonne blague. J'ai fait mon master dans une fac de Tokyo, et ben je peux vous dire que 1/4 des saakuru c'est des nomi-saakuru dont le but est d'échanger un maximum de sécrétions corporelles avec des inconnue(s) et de s'en rappeler plus ou moins le lendemain. J'étais venu au Japon en croyant que les filles ouvraient moins facilement leurs fesses que mes compatriotes ou que des Anglaises. J'avais faux (sauf pour les Anglaises qui restent de sacrées salopes).

J'ai pas vu le reportage, mais j'imagine qu'ils sont allés interviewer 3 hurluberlus hyper clichés: un otaku puceau de 35 ans à Akiba, un salaryman qui passe son temps à baiser des chinoises dans des soaplands pendant que sa femme se fait baiser par un type rencontré sur mixi, et une féministe (au Japon faut les trouver déjà, un peu comme en Arabie Saoudite) qui se bat pour avoir le droit de sucer des bites ET de claquer le pognon du chéri.
Avec cet échantillon ultra-représentatif de la population on arrive à des conclusions corroborées par des études officielles de Durex et du gouvernement nippon. C'est sans compter le fait que les Japonais sont trop 'pudiques' (qui a dit faux culs?) pour dire la vérité sur le sexe à un recenseur: "combien de fois avez-vous trempé votre biscuit depuis le début du mois?" "-Ah non, beurk, moi je touche pas à ça", répond le salaryman qui vient de dire bye-bye à une lycéenne payée 3 sacs Vuitton par éjac intra-bucale, comme la femme au foyer qui a la culotte imbibée de zal frais parce qu'elle n'a pas eu le temps d'aller se karchériser le minou sur sa cuvette de chiotte shower.

Les rapports concluent tous: 'les Japonais ne font pas l'amour'. Ils devraient dire: 'les Japonais ne font pas l'amour à leur conjoint'.

Clarence Boddicker a dit…

J'ai pas vu le reportage en question (et j'ai bien autre chose à foutre), mais je me suis bien marré avec ton article, très en verve.

On sent une nouvelle fois que le journalisme francophone fait dans le lapidaire et question déontologie, c'est l'incontinence.

T'as raison d'y aller au pied de biche.

Autrement, balance nous un lien qu'on puisse voire l'OFNI et se faire une idée.

Clarence, envoyé spécial

Robert Patrick a dit…

@DimSum : en l'occurrence, c'était bien là le sujet du reportage : l'absence de sexe au sein du couple.
Le problème est que tout restait au niveau du constat et à aucun moment on n'a eu droit à de l'analyse.
Comme le savent ceux qui ont la TNT, il est impossible d'exporter les fichiers enregistrés avec une box.
Mais le propos du documentaire était de dire : "les Japonais sont des autistes et ils arrêtent de baiser après le mariage". Vous n'avez donc rien raté.

Kamui a dit…

J'ai tilté sur le même Mendôkusai, sauf que ça m'a endormi.

Ama a dit…

>"les lolitas sont d'adorables baby-dolls". QUE VEUT DIRE CETTE PHRASE ?!!!!!

Ben que les pouffiasses sont toutes des connasses (ou le contraire, je sais plus...)

>"le comble de l'érotisme consiste, par exemple, à se faire masser les lobes d'oreilles". Alors déjà, le mec comprend pas que l'intégralité de la pratique vise à se faire NETTOYER les oreilles.

Ah si ! Chui désolé, mais si une minette me carresse les oreilles, je balance la purée direct ! Et après, je lui lave les pieds par marque de respect et de remerciement. Chui complètement intégré à la culture locale, moi (^^)b



> un salaryman qui passe son temps à baiser des chinoises dans des soaplands pendant que sa femme se fait baiser par un type rencontré sur mixi.

Et puis d'ai trouvé un soap-land ou le "Mac" est japonais, donc y'a pas que des chinois, faut pas déconner non plus lol.

Et je suis sur Mixi...

DimSum a dit…

Ah ok. Toute ma diarrhée verbale pour rien alors! Pour en remettre une couche cependant, je me permets de rappeler la règle des 1 sur 500.

Max a dit…

@RP : sur Free, on peut transférer un fichier de france3 vers ton ordi mais après il faut le ré-encoder en mpeg ou avi sinon paye ton fichier flv (1,5GO pour une heure) (déjà testé avec france5) Si vraiment besoin, je peux essayer de le refaire.

Je l'ai enregistré hier soir et je me suis décidé de regarder ce doc ce soir. Et bien, c'est en effet une belle merde. Déjà ca commence mal : "Du Japon on connait les estampes, les mangas, les love hotels, et l'empire des sens de Oshima...". Comment peux on prendre au sérieux un reportage qui démarre aussi bien?

Comme il a été dit par tous, le gars est passé complètement à côté de son sujet et s'en bat les couilles graves. Il le sait je pense d'ailleurs qu'il se fout de notre gueule. Comment ne pas se rendre compte que notre ami Ryo n'entre pas trop dans la catégorie de l'"étude".... Comment ne pas piger que ce que cherche Fumio c'est être pénard sans que personne ne le fasse chier.

Bon c'est facile de critiquer mais ca l'est encore plus quand le reportage est de ce calibre

Anonyme a dit…

C'est con ça donne envie de le voir maintenant ce reportage.

Par contre ton site de références pour les taux de divorces a l'air aussi bancal qu'un TPE de lycéen à frange.

Vincent a dit…

Bon, je viens de voir le reportage.

Tout n'est pas a mettre a la poubelle, disons juste que la narration ne colle pas du tout aux propos qui sont ramenes.
C'est ce qui est desolant.

Et je pense que quelqu'un qui ne connait rien a la culture japonaise, ne comprendra pas du tout le but de ce reportage.
Ou alors, on viendra encore ternir l'image du Japon tout simplement parce que c'est mal rapporte.

En ce qui me concerne, tout ce qui a ete dit par les intervenants ne me choquent pas du tout.
Donc meme si le reportage est mal foutu, ils ont tout de meme reussi a interviewer tout un tas de personnages differentes, c'est ce qui fait que c'est interessant.

Maintenant, faire le rapprochement avec l'Occident n'a pas reellement d'interet.
Le reportage aurait du insister plus sur pourquoi le Japon en est arrive a cette extreme.
Ca ne date pas d'hier tout ca, C'est pas en 50min qu'on peut traiter un sujet comme ca.

Je dirais qu'au Japon, les femmes ainsi que les hommes vivent leur vie comme un "role".
Ca se voit surtout chez les femmes qui une fois mariees, rentrent dans un cycle predefini : etre une femme soumise (pas specialement sexuellement), obeir a son mari (car par respect, c'est lui qui fait vivre la famille) et s'occuper des enfants.
Donc l'amour dans tout ca, n'a pas reellement sa place.
Du moment que le mari est bien entretenu, le reste on s'en moque un peu.

Beaucoup de femmes arretent leurs relations sexuelles une fois qu'elles ont des enfants, car elles n'estiment pas que cela ait le moindre interet par la suite.
On baise, c'est pour procreer mais apres, a quoi bon ?
Le plaisir comme on le convoit nous, est percu differemment au Japon et pourtant on est tous humains.
Le reportage aurait du l'expliquer ca aussi.

Apres, elle disent "oui mais mon mari, il rentre tard, il est trop fatigue pour me faire l'amour".
Voila, donc c'est la faute des hommes.
Nan nan, faut arreter la !
Ok les maris sont fatigues mais pas par le boulot, mais a cause des 4, 5 bieres qu'ils se sont envoyes avec les collegues dans la soiree.
Du coup le gars, il peut meme pas se defroquer tout seul et c'est la que la femme intervient.

Mais il y a aussi ceux que ca deplairait pas de s'envoyer avec leur femme avant de se coucher.

On engendre tous notre propre societe, disons juste que les femmes japonaises, du moins celles qui ne travaillent pas, devraient menager un peu plus leurs hommes, et de ce fait, il y aurait peut etre plus de relations sexuelles sans but predetermine a l'avance.

N'oubliez pas qu'au Japon, meme si on vit pour travailler, l'image de soi-meme envers les autres est bien plus forte qu'en Occident.
Du coup, pour rester dans la "file", on doit faire face au stress, a la frustration, aux mensonges, aux roles fictifs, et surtout a l'hypocrisie.

Djamel a dit…

Je reviens sur le taux de divorce, que ce soit au Japon ou en France. Il y a deux facons d'exprimer le taux de divorce : en comparant simplement le nombre de mariages au nombre de divorces sur une annee donnee, et on obtient en 2010 un nombre extremement eleve, type 27%, tres influence par les mouvements demographiques, surtout ces dernieres annees ou le nombre de jeunes maries diminue fortement alors que les divorces explosent (bah ouai, les couples qui se sont maries il y a 30 piges commencent a peter un cable). Puis on a un chiffre plus "juste", celui de 2,2 pour 1000 couples, qui exprime les possibilites de divorce dans une vie de couple, et qui nous eloigne grandement du 27% precedent. Les medias, en France ou au Japon, aiment bien nous sortir le chiffre impressionnant de "1 couple sur 3 divorcera", mais il n'est scientifiquement pas tres fiable. That's all !
http://www.mhlw.go.jp/toukei/saikin/hw/jinkou/suikei03/index.html

Alex a dit…

Y'a aussi un truc con, c'est que des qu'un couple a des enfants, ils commencent petit à petit à s'appeler entre eux papa maman. A 30-35 piges inconsciemment ça doit jouer aussi.

mathieucombet a dit…

Comme d'habitude je me suis bien fendu en te lisant, et je dois dire que ce que tu décris ne me surprend pas du tout. Au même titre que le récurant poncif "Japon , entre modernité et traditions" avec une Geisha au coté d'une Cosplay que l'on trouve dans la plupart des bouquins de base sur le japon, les reportages Sur ce dernier que l'on peut voir sur nos chaines bien aimées ne dépassent ce cliché que dans la médiocrité, avec en plus un ton ultra sérieux genre "pour y être resté 3 semaines à Tokyo pour ce reportage on sait de quoi on parle mec"!!...whaow...branleurs...

Anonyme a dit…

Merci Djamel d'avoir éclairé ma lanterne.

Du coup en cherchant le pourcentage de divorce par mariages en France je trouve 44,7% pour 2009
(par ici)
.

Bon bref on s'en tape en fait.

Bouffe-tout a dit…

Bah ouais, quand des gens prennent l'avion pour faire un reportage dans un pays, et repartent illico pour faire le montage à la maison, ca ne peut que décevoir. C'est le format qu'on nous sert le plus à la télé. C'est fort dommage mais c'est pas nouveau. Je ne connais que deux documentaristes, Chris Marker et Yann le Masson, qui ont fait du bon boulot au Japon, mais c'était une autre époque.

Y. McCoy a dit…

Patrick Robert,

Décidément, i like your style

Le journalisme français...

Nous Autres, Français, sommes les Rois autoproclamés d'la baise, french kiss, t'a l'bonjour d'Vincent et tt le tralala.
La preuve, on baise, on est cool, on est relax, on est : heureux (effet vivre ensemble, baiser ensemble)
C'est pas comme si on consommait de l'antidépresseur au tractopelle au + bo péi du mde...

Et pis et pis, les derniers chiffres prouvent qu'on gère côté bite ici : on fait le plus de gosses en Europe(cela n'a surement aucun rapport avec les Doudou enbatikquetées du RER...) D'ailleurs les gosses c'est une religion ici. C'est écrit sur les autoroutes : roulez tt doux méchant nadultes, pensez à gentilbébé!
Ces cons de japs racistes et mysogynes y font pas de gosses, y préfèrent les tentacules... Et les gosses qu'ils font pas, ils les brassent meme pas avec les nautres continents en plus!

Bouh!

Le Japon c'est un peu L.H.L.P.S.D.N.H, vous trouvez pas?

swisscheese a dit…

Le reportage n'est plus disponible en streaming. Les rats.

Stingray a dit…

Effectivement,la vidéo n'est plus accessible. C'est d'autant plus rageant que même à partir de Pluzz, les Français du Japon ne pouvaient accéder à cette mythique vidéo quand elle était en ligne.

J'ai quand même réussi à trouver un site qui la propose. C'est long à charger, mais au final, on a l'émission en intégrale.

Voici l'URL
http://wp.me/pevZ5-5r1

Joe, plus qu'un mois et demi avant la fin du visa SA MERE a dit…

Mouef, mouef, mouef... (moue dubitative)

Mon petit RP, tu nous jouerais pas le coup du 'Cinéphile du Japon' qui s'enflamme un peu trop dès que nos incapables de journaleux nous concoctent un petit reportage sur le japon pour montrer à quel point "ils sont fous ces chinois !" ?

J'ai pas vu le reportage donc je parle hors-contexte, mais franchement 面倒くさい = "je suis fatigué" (dans le sens 'ça me saoule') et 文句言われる = "on va m'embêter" (dans le sens 'on va venir me faire des reproches') sont des traductions tout à fait acceptable, bien que tirées par les cheveux je te l'accorde. C'est juste de l'adaptation, tout comme 'pour le lulz' j'aime à traduire "あの団体だけは特に許せません" par "Ils me font gerber cette bande de batards".

Comme il est 4h du mat j'ai survolé le reste avec plus ou moins d'attention, mais par contre le "les films X sont pour la plupart des dessins animés" ça oui c'est du bon journalisme à la française.

Robert Patrick a dit…

@Joe : malheureusement, les avis sont unanimes sur ce reportage. D'ailleurs j'ai vu hier un autre reportage sur le Japon, un truc sur les freeters, ben juste c'était le jour et la nuit. Le reportage sur les freeters est réalisé par quelqu'un qui connaît son sujet et a pris le temps de recueillir les avis de spécialistes, tandis que L'Empire des Sans fait dans le racolage.
Qu'on dise du mal du Japon, je m'en cogne, je suis pas le dernier à taper là où on a envie de taper, mais que ce soit BIEN fait. Si c'est juste pour nous raconter des conneries, ça me fait grave chier qu'une chaîne comme Arte puisse payer ce genre de reportage. Quand tu réalises un reportage indigent, je trouve ça normal de le présenter comme l'imposture qu'il est.

Bouffe-tout a dit…

Rectificatif : le reportage en question était une commande de France 2 si je me souviens bien tandis que celui sur les Freeters est d'Arte. On sait où trouver de la qualité le plus souvent de toute façon. Cette bonne vieille chaîne franco-allemande.

Robert Patrick a dit…

@Bouffe-tout : ben voilà, rien d'étonnant. Pareil pour le match Taratata-One Shot Not, c'est du KO debout.

Patataboy a dit…

Fuck'n shit...
Le lien est mort. C'est con, moi qui avait décidé de bousiller 30 minutes de ma vie à mater cet étron juste pour m'énerver.

Mais concernant le journalisme français (du réseau publique ou privé) et son approximation du Japon depuis l'affaire des suicides collectifs par ingestion de poches de silicones pour le retard de Dead or Alive 2. Je ne m'étonne plus de rien ... même pire, je m'attends à tout.

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.