mardi 25 novembre 2008

Ambivalence (part.2)

Maintenant que tu sais tout le mal qu'on peut trouver dans une librairie japonaise, je vais te parler du bien.

D'abord la pléthore de magazines sur tous les sujets. Que tu aimes les trains, les bateaux, les avions, le sport, la couture, les animaux, la cuisine, la pêche, n'importe quoi, sur n'importe quel sujet tu as au moins 1 magazine. Et si en plus tu aimes un sujet que les autres aiment aussi (genre la photo), alors là c'est la corne d'abondance : tiens, je tape "写真カメラ" dans la section "magazines" d'amazon.co.jp, je trouve 451 résultats !
Ça, c'est le premier point qui fait que tu vas traîner dans les librairies japonaises : y a TOUJOURS un truc pour toi.

Ensuite le côté pédagogique de ce qu'on te propose, encore une fois sur tous les sujets. Je te prends un exemple : le golf (les Japonais sont férus de golf). Qu'est-ce qu'il y a de plus simple que de prendre un joueur confirmé, voire un pro, de le shooter pendant qu'il swingue et de te mettre une page avec 4-5 photos du mouvement décomposé, accompagnées d'une petite légende en-dessous, genre "attention au placement des pieds", "attention à garder la tête sur le même plan", ce genre de truc ?
C'est tout simple à faire et c'est d'ailleurs pour ça que c'est ce que tout le monde fait.
Sauf les Japonais.
Les Japonais, ils vont faire dessiner un manga de 5 pages, exprès pour t'expliquer la même chose, mais avec la pédagogie puissance 10 ! Et TOUT est comme ça. Quelque soit le sujet, il y a une tonnes d'efforts qui sont faits pour que même si t'es la dernière des merdes, tu t'en sortes en apprenant comment t'en sortir. Tu me lâches
avec un appareil reflex dans une librairie japonaise, en moins d'une journée je suis devenu le nouveau Herb Ritts.

Compare un magazine de jeux vidéos français et un magazine de jeux vidéos japonais : rien à voir. Dans l'un tu as des photos d'écrans qui te donnent éventuellement envie d'acheter le jeu (ou des photos d'écran des 5 premières minutes de la démo de Xenogears livrée avec Parasite Eve, qu'on te fait passer pour un test du vrai jeu, hein, Panda ?), dans l'autre tu as des photos de tout le jeu qui t'aident à apprécier le jeu : les photos sont déjà choisies pour constituer une mini-FAQ t'éclairant sur des aspects stratégiques, des bonus cachés, etc.

Pareil pour les magazines de guitare, qui sont souvent livrés avec un DVD contenant des vidéos pédagogiques des plus grands gratteux (et pas du gars qui bosse pour le magazine et qui te joue les plans des grands gratteux), donnant souvent lieu à des livres-recueils des leçons des grands gratteux+interview, le tout pour une somme dérisoire.

Je te parle même pas des magazines typiquement japonais style "Hobby Japan", où tu as droit à des gros plans sur les doigts calleux d'un gars qui t'explique comment faire des maquettes de robots comme si c'était ton vrai métier, avec des passages genre "oui mais des fois le plastique est pas moulé au micron près, alors les deux parties qui doivent s'emboîter ne s'emboîtent pas parfaitement, il y a un petit jour, voici comment y remédier", et tout à l'avenant, de l'assemblage à la peinture jusqu'à la disposition finale (genre "crée un environnement adéquat pour ton robot").
Une tuerie, tant en terme de résultat qu'en terme d'efforts investis.

Et quand tu vois ça, fatalement, tu lâches "only in Japan", et tu leur pardonnes tout.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Ils sont tres fort pour les magazines. Meme sans pour lire le japonais tu as envies d'en acheter rien que pour voir le contenue qui est vraiment super. Les magazines francais en sont loin de ca. Je dis BRAVO et surtout le prix aussi.

senbei a dit…

Est ce qu'il y aura une partie n°3 sur les magazines qui ne sont que des gros catalogues déguisés, des publireportages sur une marque de pret-à-porter ou une autre, des arnaques mouvantes et warholienne exploitant les 30 jours de célébrité des quidams et devalisant leur créativité vestimentaire à coup de "street-snapshots" (situation souvent provoquée, d'ailleurs : combien se promenent sur harajuku -quartier pourtant chiant comme la mort, si ce n'est les pimbèches sur-bonnes à mater- juste pour se faire repérer ?)

Robert Patrick a dit…

@Senbei : non, malheureusement l'ambivalence n'induit qu'une dualité et comme j'ai fait une partie mal et une partie bien, cela ne serait stratégiquement pas une bonne idée de refaire une partie où je flingue 80% de leurs magazines sur la photo (女子カメラ, LOL), ou leurs magazines de pseudo-mode qui sont juste les photos d'un appart' d'une nana accompagnées d'un texte minimaliste (ça se VEND, ça ?!).
L'autre raison, je m'en suis rendu compte avec un article d'un autre blog sur la télé japonaise, c'est qu'il faut laisser de la place aux autres. Le Japon de Robert Patrick, ce n'est pas TOUT le Japon, je fais la part qui m'incombe et je sais que d'autres ont accès à un Japon hors de mes moyens (*cough*Clarence*cough*), et c'est à eux d'en parler.
Je crois aussi que le flinguage de magazines plus ciblé, comme celui que tu proposes, nécessite des photos des dits magazines, photos que je ne possède pas. Et comme t'es pas mal dans le genre râleur aussi (au passage, j'adore tes "phrases de vieux cul"), peut-être que tu pourrais t'en charger, puisque tu es sur place.
Ou alors, si tu veux absolument que je m'en charge, il faudra attendre l'année prochaine... ;-).

Clarence Boddicker a dit…

Ah nan les mecs, je refuse d'être le porte-drapeau de la génération "Pasukaru". Nan, nan, comme dirait Diam's. Et puis le Japon, honnêtement, on s'y emmerde beaucoup. Surtout sur les blogs francophones !

Donc plus de phrases de vieux cul sur le blog de senbei ! Plus de mauvais esprit chez Robert Patrick ! On veut du rance, de la fesse et du raisonnement violent ! Faites selon vos moyens, mais pas de demi-mesure bordel !

Clarence, bling-bling turc

Anonyme a dit…

"(ou des photos d'écran des 5 premières minutes de la démo de Xenogears livrée avec Parasite Eve, qu'on te fait passer pour un test du vrai jeu, hein, Panda ?),"

oh putain c'est tellement vrai. C'était l'article torchon du siècle de console+, bordel.

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.