jeudi 20 novembre 2008

Ambivalence (part.1)

Si vous êtes un lecteur régulier, vous avez pu constater une certaine ambivalence dans mon attitude vis-à-vis du Japon. Des fois je dis du bien, des fois je dis du mal. C'est parce qu'en fait, au-delà de mon évidente maturité qui me permet d'apprécier quelque chose sans tomber dans les excès de l'idolâtrie ou de LA HAINE, il faut bien vous avouer que je suis amoureux de la langue japonaise. Vous voyez : pas amoureux des Japonais, pas amoureux du Japon, amoureux de la langue japonaise. C'est très différent. Mais comme vous n'êtes pas tous allés au Japon, je vais vous prendre un exemple que vous connaissez peut-être mieux : la France. Encore une fois, il ne s'agit pas de comparer la France et le Japon, réflexe morbide de tous les amoureux du Japon dès qu'on critique leur El Dorado, juste de prendre un exemple que vous êtes plus à même de comprendre (ne dites pas non, j'ai les stats géographiques !).

Bon.

Je suis amoureux de la langue française. C'est pour ça que j'écris sans fautes d'orthographe, ni grammaire approximative, c'est pour ça que j'adore lire Sade, par exemple (ou Voltaire). Ça m'empêche pas de détester notre temps pourri, de pas pouvoir blairer tous ces Français qui passent leur temps à gueuler dès qu'on leur propose quelque chose de bien et de pas descendre dans la rue faire la révolution dès qu'on leur propose de les lobotomiser (méthode globale, tout ça...), leur sens du service à chier, tout ça...

La réalité, c'est que tous les Français ont pas la plume de Sade, ça se saurait. On peut donc aimer passionnément une langue et être beaucoup plus réservé sur ceux qui la parlent et le pays qu'ils habitent (et puis tu seras heureux que je t'aie pas parlé du Québec, où eux aussi ils parlent français mais -30°C l'hiver, désolé les mecs ce sera sans moi).

Pourquoi je te dis ça ?

Parce que s'il y a un endroit où mon ambivalence vis-à-vis du Japon se trouve transcendée, c'est bien les librairies japonaises.
Comment te dire ? Les librairies japonaises, selon l'endroit de la librairie où tu te trouves, soit tu lâches malgré toi un "only in Japan" admiratif (ouais, quand je suis admiratif je parle anglais. Je t'ai déjà dit que j'étais amoureux de la langue britannique ? Et pas que quand c'est Patsy Kensit qui dit qu'elle a pas peur des chiens, hein, même John Cleese me fait bander. Et je te parle même pas de Derren Brown...), soit tu te mets à prier très fort pour qu'une météorite s'abatte sur ce pays de dégénérés et les extermine tous jusqu'au dernier tellement ils méritent, alors que tu sais parfaitement qu'il y a des gens très biens au Japon, la preuve : c'est tes potes.

Comment le simple fait de parcourir une librairie peut-il éveiller des sentiments aussi contradictoires et excessifs ?

Tout dépend des rayons que tu visites.

D'abord, les best-sellers, soit en tête de gondole, soit dans un rayon dédié avec le chiffre du top 10 correspondant à chaque bouquin. Invariablement, et par là j'entends IN-VA-RIA-BLE-MENT, le top 10 comprend au moins :
- 1 bouquin sur une forme ou une autre de méthode d'amincissement (régime et/ou sport). Nous aurons l'occasion de dédier un chapitre spécifique à ce concept de "régime" au Japon (et oui, y aura des tofs de bonnasses, tu peux préparer les Kleenex).
- 1 bouquin sur une forme ou une autre de méthode pour mieux utiliser son cerveau.
- 1 bouquin pour apprendre à être heureux dans la vie.
- 1 bouquin écrit par un mec/ une nana de la télé.
- 1 bouquin pour faire pleurer dans les chaumières, pas incompatible avec le type précédent.

Alors tu continues ton chemin, au rayon des nanas, et tu vois une pile de bouquins pour faire des régimes, juste à côté d'une pile de bouquins sur les techniques de divination en tous genres, juste à côté d'une pile de bouquins sur l'art d'entretenir sa peau pour pas vieillir.

Et là, t'as juste envie de poser des pièges à loups autour des 3 piles de bouquins, pour pouvoir choper la première qui s'approche pour lire ces merdes (dois-je préciser que toutes ces "méthodes" n'ont aucun fondement scientifique et que demain je peux sortir une méthode "Mangez des insectes, c'est plein de vitamines, et barbouillez-vous la gueule avec, c'est bon pour la peau", eh ben mon con, y en aurait encore pour acheter ça. Comment ? C'est déjà fait ? Eh ben alors, qu'est-ce que je te disais !).

J'ai aucun doute sur la "qualité" des rayons littéraires "femmes" dans les autres pays, mais je te jure qu'au Japon c'est devenu un art de concentrer une telle connerie sur si peu d'espace. Je te rappelle qu'au moins un de ces bouquins est FORCÉMENT dans le top 10 du mois, hein !
Mais je garde 2-3 dossiers pour mon article sur les régimes, y a du lourd... ("régime" / "lourd", ben vas-y rigole !).

Alors tu te dis "Ah, mais Robert Patrick, on te connaît, t'es juste un machifacho aigri, maintenant on est sûr que tu vas nous parler du rayon "hommes" dans des termes dithyrambiques".

Détrompe-toi. Phénomène rare s'il en est, au Japon la connerie touche AUSSI les hommes ! Et bien, encore !

Alors si t'es un homme, l'avantage c'est que le porno n'est pas seulement autorisé, il est obligatoire.
Ici le porno, c'est un peu la honte, genre tu te branles en cachette et tout, mais au Japon, c'est plutôt la honte de ne PAS consommer de porno. Donc quelque soit le magazine que tu achètes, y a FORCÉMENT des pages de cul dedans, soit des histoires d'adolescentes qui se font attraper par des vieux, ce qui est scandaleux : la nana balance ses clients comme si c'était dégueulasse alors qu'elle est bien contente de les avoir, ses clients, pour s'acheter ses sacs Vuitton. Ah ouais parce qu'en fait c'est pas des vieux qui la violent, hein : elle se prostitue. Et après elle vient se plaindre des "pratiques" de ses clients.
Hé, ma chérie, déjà que t'es autorisée à vivre au-dessus de tes moyens sous prétexte que t'as un physique pas trop désagréable, alors si ça te convient pas tu vas bosser chez Mos Burger comme tout le monde !
Sans blagues !
Ou alors y a des photos avec des pages qu'il faut découper, tu sais, comme les bouquins qui sont mal coupés et y a des pages collées ensemble. Sauf que là c'est fait exprès, pour pas que les gosses regardent, et puis aussi un peu pour t'obliger à acheter le magazine. Comme ça tu rentres chez toi, tu découpes les pages correctement, et puis après tu les recolles, si tu vois ce que je veux dire...

Mais le salary man ne se nourrit pas que de jeunes race queens avides d'accessoires de luxe, il lui faut aussi sa dose d'informations inutiles : la bourse, l'économie, tout ça, quoi. Et puis des pages sur le majong aussi, évidemment, et puis sur les courses de chevaux, les courses de vélo, etc.

Mais ça c'est que les magazines, et déjà c'est gratiné, mais alors les bouquins : t'es un homme, ton rayon de bouquins c'est "comment faire plus de blé", "comment être plus productif", "apprendre l'anglais en 10 minutes".
Excusez-moi, j'ai dû mal comprendre..."apprendre l'anglais en 10 minutes" ? AU JAPON ? LE pays des gens qui ne parlent PAS anglais, que même dans les entreprises on se contente de traductions qui ne veulent rien dire ?
Je ris. Oh oh oh.
"comment être plus productif" ? AU JAPON ? LE pays où les mecs ne branlent rien 12 heures par jour dans leur entreprise plutôt que d'être efficaces pendant 5 heures et de pouvoir se barrer chez eux et profiter de leur famille ?
Je ris. Ah ah ah.
Et là, pareil, t'as envie de poser des pièges à loups autour des bouquins, pour voir le premier salary man qui va se pointer autour d'un livre intitulé "comment sortir de la crise" et le choper par le col : "MAIS QU'EST-CE QUE T'EN AS A FOUTRE DE L'ÉCONOMIE, CONNARD ?!!! T'ES TRADER ? NON ! T'ES DÉCISIONNAIRE DE QUOI QUE CE SOIT DANS TA BOITE ? NON ! TU COMPTES CHANGER D'ENTREPRISE SI CA VA MAL ET PERDRE TOUS TES BÉNÉFICES D'ANCIENNETÉ ? NON ! ALORS QU'EST-CE QUE TU FOUS AVEC CE PUTAIN DE BOUQUIN DANS LES MAINS, BORDEL ?!!!!"

Nan mais sérieux !

On pourrait en dire encore des tonnes, sur leurs magazines de mode masculine, leurs magazines de tuning auto, leurs magazines pseudo-militaires (Japon=pas d'armes à feu, donc c'est pas des vrais guns, c'est des armes à air comprimé) dont la couverture est FORCÉMENT une NANA en uniforme avec un fusil d'assaut, etc.

Bref, quand tu vois tout ça, tu te dis : y a t-il vraiment quelque chose à tirer de ces gens-là ?

Réponse dans la deuxième partie...

16 commentaires:

Anonyme a dit…

enorme ! Com' d'hab.

senbei a dit…

clairement dans le top 3 des meilleurs articles du blog, et il y a déjà un paquet de biens bons. Merci.

oldergod a dit…

je me souviens d'un pere de famille trentenaire qui m'avait emmene dans un video rental porno et il faisait la gueule parce que j'avais rien pris pour chez moi...

Anonyme a dit…

"Vous voyez : pas amoureux des Japonais, pas amoureux du Japon, amoureux de la langue japonaise. C'est très différent."

je dirais "trop pas !"

la langue japonaise est parfaitement adapte au caractere japonais (politesse, effacement, fuyage des responsabilite, "rashii", "sou" ...)

Reciproquement, les japonais ne pourront parler bien qu'une seule langue, le japonais, car ils se sentent mal dans une autre langue, dans laquelle les mots et tournures ne les protegent pas.

conclusion : Japonais <-> japonais

conconclusion : si t'aimes l'un et pas l'autre, c'est que ta pas compris soit l'un, soit l'autre, voire les 2.

Robert Patrick a dit…

@Anonyme : "fuyage" ? "FUYAGE" ?!
Comme "gravage", alors ?.... ;-D
Je m'apprêtais à te claquer ton beignet en pensant à des Japonais que j'ai rencontrés qui parlent extrêmement bien d'autres langues, et puis je me suis rendu compte que les élites que je fréquente ne sont absolument pas représentatives de la population japonaise, tout comme les capacités littéraires d'un Sade ne sont absolument pas représentatives de celle des Français, fussent-ils bacheliers à 80%.
Là où tu te trompes, en revanche, c'est sur la langue japonaise, dont la richesse ne se limite pas à la "protection", même si c'est évidemment ce que tu trouves le plus couramment au quotidien. J'apprécie la capacité de la langue japonaise à exprimer des émotions, des bruits d'actions, comme une sorte de "langue en 3D", permettant de s'exprimer comme on ne peut pas le faire en français. Un rêve raconté en japonais peut garder sa force, alors que raconté en français il la perd (c'est pour ça qu'une fois raconté, le cauchemar fait moins peur). Chaque langue a ses avantages et ses inconvénients, d'où ma polygamie.

Clarence Boddicker a dit…

"clairement dans le top 3 des meilleurs articles du blog, et il y a déjà un paquet de biens bons. Merci."

Carrément !

J'avais un peu décroché avec ton histoire de queue-leu-leu au TGS, mais faut dire que j'attends avec impatience ton billet sur la mode.

Encore que je me demande bien si tu es aussi légitime à l'ouvrir, en bon Nerd cultivé et marié à une japonaise que tu es. Tu devrais laisser la parole à Pasukaru de Sky !

Clarence, CGBiste dilettante

Anonyme a dit…

l.17 orthographe ne prend pas de "s"

Mais à part ça très bon article.

Robert Patrick a dit…

@Anonyme : merci. L'article a été publié prématurément (appuyé sur "enter" au moment de retaper le titre), donc la phase de relecture en a été très perturbée.

Anonyme a dit…

Tu devrais laisser la parole à Pasukaru de Sky ! (comment on peut donner la parole a ce mec, en plus ce mec ni lis pas le japonais)

encore un comique qui ose dire ca.
trop reelle cet article.

judith a dit…

haaaa.. ça m'a laissé un peu sur ma faim.. je m'attendais à ce que tu parles justement un peu plus de la langue japonaise (y a une ébauche mais dans les commentaires seulement); ça m'interessait en tant qu'amoureuse du langage (j'ai étudié les Sciences du Langage seulement 3 ans il y a 10 ans) mais ça me passionne toujours autant, vivant depuis peu au Japon et apprenant la langue, qui m'intrigue beaucoup, j'aurais aimé en savoir plus.. ce n'était peut-être pas le but final de l'article, mais peut-être dans un prochain?

Robert Patrick a dit…

@Anonyme : je connaissais pas Pasukaru de Sky, donc je suis allé voir.
Ça m'a fait mal aux yeux parce que c'est un skyblog, donc c'est moche au possible, mais SCALPA s'en explique dans un comm' avec Clarence.
Eh ben excuse-moi, mais ce mec écrit correctement français, il fait des efforts de rédaction et le seul truc que je pourrais lui reprocher c'est de pas utiliser un blog plus classieux, je pense que vu le monde "mannequins et compagnie" dont il parle, il aurait plus sa place sur un blog Wordpress.
Et il porte bien le costard.
@Judith : l'amour ça s'explique pas, je peux pas démontrer aux gens que le japonais c'est de la bombe. Le mieux que je puisse faire dans ce domaine, c'est mon blog sur le japonais, en lien à droite.

BEBOPER a dit…

Très drôle, comme d'hab... Mais dis, c'est pas possible qu'ils glandent, les japy, pendant leurs 12 heures quotidiennes: sinon, comment ils font pour nous niquer autant?

Anonyme a dit…

Bonjour! J'ai été choquée par la photo des insectes >< j'ai rarement vu quelque chose d'aussi répugnant >__<
Mais en même temps cette photo m'intrigue : il s'agit d'une jaquette de DVD non? Et on dirait pas un dvd sur "les conseils pour une peau plus belle grace aux insectes" mais plutot un film pour ceux qui aiment voir les femmes manger des insectes...(><)
qu'est ce que vous en pensez?

Robert Patrick a dit…

@Anonyme : effectivement, il s'agit d'un film de type "pornographique" mettant en scène un fétiche, celui des insectes.
Mais je ne pouvais pas ne PAS vous faire partager ça, j'ai donc rusé.

sakana a dit…

attend...Y'a pas que des insectes, y'a des bébés souris, aussi, non? La fille bouffe des bébés souris, j'ai pas halluciné, hein?
Dommage que tu sois pas allé faire un tour au rayon Histoire, y'aurait eu à dire.

Robert Patrick a dit…

@Sakana : ravi que tu te sois attardé sur l'image. Le rayon Histoire, forcément ça m'attire moins parce qu'il y a pas autant d'images. J'aime bien les images.
Tiens, tu me donnes envie de faire un article Histoire illustré d'une bien sympathique vidéo...

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.