vendredi 3 novembre 2017

Ces femmes que ta femme ne connaît pas.

Je veux pas faire mon mec qui dit "je sais pas si c'est bon" avant de te servir à bouffer, mais entre le moment où j'ai décidé d'écrire un article sur les actrices de JAV et ce que tu vas lire là, il y a eu du ménage de fait. J'ai dû réduire la liste comme un Jacob Collier réduit ses pistes avant la fin du morceau, parce que je me suis dit que peut-être l'obsession anale de Fujii Rin ne te suffirait pas pour faire passer son râtelier pourri, ou que voir Shiina Sora se fâcher pour de faux avec sa copine officielle dans 100% des films qu'elles partagent pouvait te lasser.
Quant à ma cop's Noa... Ne parlons pas des choses qui fâchent...

On m'a demandé de faire une liste des actrices que j'aime, donc j'ai fait ça, indépendamment de leur actualité. Évidemment, tu me feras le plaisir de pas être le con qui commente pour me dire que je pourrais prévenir que les liens de l'article ou que l'article lui-même sont vachement tendus à regarder au bureau : c'est un article sur les actrices de JAV, donc le contenu est GRAPHIQUEMENT pornographique. Très.

1) La reine : Murakami Risa.


Voilà, juste tu peux pas test : la meuf est arrivée là en mode pure méritocratie, à gravir les échelons du soapland à base de compétences de ouf. Risa, elle fait tout : les hommes, les femmes, les vieux, les chiens... Avec ses mains, sa bouche, ses pieds... Elle est belle en film, belle en photo : je la trouve juste intouchable.


2) La star : AIKA.

J'imagine que j'ai pas besoin de te présenter en détails l'actrice la plus célèbre du moment : cheveux longs, cheveux courts, blonde ou platine, AIKA crève l'écran avec son corps de guedin. Spécialiste des films de massage et de viols de voisinage (?), la nouvelle gyaru a pas eu trop à forcer pour remplacer sa grande copine Izumi Mana, vu que cette dernière l'a adoubée directement.

Tiens, cadeau :

https://abekolover.tumblr.com/post/167085462252

3) L'expatriée : Marica Hase.


Fort jolie, pimpante, sexy, Marica Hase a décidé de quitter le pays qui paie le mieux ses actrices de porn pour aller faire carrière aux États-Unis, où elle compense probablement le manque à gagner par des tournages avec des acteurs noirs et l'ignoble taxe interraciale. Hommes, femmes, BDSM, Marica a peu de limites, mais se retrouve systématiquement à jouer l'étudiante japonaise, la conne de service avec ses 3 mots de vocabulaire, la geisha, quand c'est pas la masseuse chinoise avec son kimono rouge pétant... Du bons gros gâchis, si tu veux mon avis. Heureusement, des fois ça peut aussi se passer dans le silence et la classe.

Tiens, cadeau :

https://abekolover.tumblr.com/post/167085601067

Et puis quand elle repasse au Japon, il lui arrive d'offrir des boules de geisha à sa grande copine :


4) The underdog : Kanô Ayako.

Ayako, voilà une nana qui fait trop rarement des chouettes trucs, mais qui est systématiquement sous-exploitée, en général par des réalisateurs peu ambitieux. Rangée dans la catégorie "vieille meuf qui t'envoie pas son sex-appeal à la gueule du salaryman de base comme une lycéenne à moitié à poil", on la trouve confinée à des rôles de soutien avec d'autres actrices, alors qu'elle est bien meilleure en solo, notamment chez Henry Tsukamoto, qui n'a pas son pareil pour mettre les "vieilles" en valeur, nous y reviendrons.
Son morceau de bravoure restera sans doute ce film (seulement le deuxième DVD, hein), dont voici un extrait :

https://abekolover.tumblr.com/post/167085499552


5) La professionnelle : Kanno Shizuka.

Shizuka, comment dire... Elle a pas le corps d'AIKA, mais elle une aura sexuelle de malade. Elle a à la fois les yeux de la meuf abusée dans 80% de sa filmographie, et en même temps le vice d'une nana qui encule des mecs à l'occasion, et puis elle est juste une régulière de DOGMA, les marques sur les bras et les cuisses la suivant comme des tatouages de films en films. Curieusement, alors qu'elle a une langue à te faire des nœuds de marin sur la bite, c'est un atout assez peu exploité, à peine en a-t-on fait quelques jaquettes.
Un des grands noms du milieu, je suis vraiment fan de ce qu'elle dégage.


6) La mention spéciale du regret : Ôtsuki Hibiki.

Voilà une fille qui a des mains magnifiques, qui suce super bien, qui jouit pour de vrai même quand on lui demande pas et qui doit s'excuser ensuite, qui peut me faire bander rien que quand elle embrasse, mais voilà : elle a commencé à se transformer en clown. Je peux plus supporter sa gueule outrageusement surmaquillée, ses pommettes qui lui donnent tout d'un coup 10 ans de plus...
Je ne pouvais évidemment pas omettre la nana qui a abondamment shiofuké sur mon fidèle Tarô, mais j'ai peur d'avoir tourné la page en ce qui la concerne.


7) La cochonne : Nakamori Reiko.

Reiko est voluptueuse, a une voix grave, des seins à l'épreuve du temps et les yeux qui sentent le cul. On lui a fait jouer des trucs un peu vulgaires, mais elle n'est jamais aussi belle que dans les productions de Henry Tsukamoto, l'homme qui sublime les femmes du quotidien.
C'est une actrice que j'appréciais beaucoup, malheureusement surtout dans sa fin de carrière, et puis tout d'un coup, pouf : disparue.
Regarde-moi ça comment elle est érotique :

https://abekolover.tumblr.com/post/167085613714

8) L'étoile filante : Hasegawa Miku.


J'ai failli la zapper de la liste avec les autres, mais elle, elle est très spéciale car elle n'a quasiment officié que dans une seule catégorie – et paie ta catégorie : la meuf qui branle super bien les mecs et qui les fait shiofuker (= après l'éjaculation). C'est une truc que tu peux voir ailleurs désormais, mais elle, elle a fait QUE ça. Et en plus d'être mignonne, elle bosse bien.
Du coup, je peux pas te proposer un million de trucs d'elle, mais l'Histoire retiendra CE film.


9) La petite qui monte et qui défonce tout : Abe Mikako.

Je suis tombé sur cette fille complètement par hasard et j'ai halluciné : elle dégage un mélange de naïveté et d'arrogance qu'on trouve assez peu, et surtout elle montre une putain de gourmandise, dès qu'elle a des rôles où elle a le droit d'avoir un minimum d'ascendant, elle te fait tout de suite comprendre que c'est pas toi qui décides ! Au milieu de toutes ces meufs qui affichent des seins les plus volumineux possibles, elle a décidé de balancer cash sa non-poitrine comme argument de vente, et elle en impose tellement qu'elle a lancé la mode des nanas plates, à ceci près que les copies sont en général des sacs d'os, alors que Mikako se porte bien, merci pour elle. Je trouve sa présence super rafraîchissante et on voit déjà une attitude de groupe chez les jeunes (Mikako, Sora, AIKA, Hibiki) qui se fréquentent sur et en dehors des tournages qui tranche un peu avec ce qui se faisait avec la génération d'avant, et une sorte de "poussée de tout le monde" qui fait que toutes ces filles se donnent une visibilité inédite (les réseaux sociaux y sont évidemment pour quelque chose aussi).
Allez, un dernier cadeau :
https://abekolover.tumblr.com/post/167085612497

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Putain ça commence direct trash avec une meuf qui baise un chien. C'est vraiment la grosse gerbe, faut vraiment arriver à un stade vachement bas pour en arriver à faire ça.

Robert Patrick a dit…

@Anonyme : C'est marrant que tu dises ça, je suis sûr que les gens qui aiment profondément les animaux auraient un avis différent. Moi, j'aime pas les chiens ni les enfants (même propension à faire pas grand-chose d'autre qu'être bruyant et chier partout), mais je vois des gens qui roulent des pelles à leur clébard, qui se font lécher partout et qui trouvent ça absolument normal. Si en plus on les payait, y a pas de raisons qu'ils aillent pas lui sucer la bite, vraiment...
Et je trouve ça d'autant plus amusant que tu (et tu dois pas être le seul) dis "baiser avec un chien", mais par contre "baiser avec un vieux", ça te pose moins de problèmes, alors que pareil : un tas de gens trouveraient ça dégoûtant.

Je crois pas qu'il y ait de hiérarchie dans les pratiques sexuelles. Je préfère un chien propre à un salaryman sale. Théoriquement.

Anonyme a dit…

Oh putain t'as bien bidé mon pote.

Hé ouais, tu parles de trucs franchement ignobles et dégueulasses, le premier commentaire pointe ça direct, tu te débats comme tu peux mais tu sais au fond de toi que tout ça est dégueulasse, et que tu es un gros beauf sans éthique.

Tu connais un peu les conditions de travail de ces meufs ? Non hein. Tiens je te conseille :

https://www.kinokuniya.co.jp/f/dsg-01-9784791767045

Allez, branle-toi bien sur tes porns immondes, c'est l'enfer ton blog.

Robert Patrick a dit…

@anonyme : Les conditions de travail, il se trouve justement que je les connais, puisque je fréquente des assistants-réalisateurs et des réalisateurs de porn. Donc garde tes spéculations pour toi. Et ce que je sais au fond de moi, justement, c'est que les actrices de porn sont mieux traitées que les caissières de combini (http://www.japansubculture.com/most-evil-corporation-of-the-year-in-japan-award-2015-711-japan/).
Les actrices que j'ai mentionnées ne sont pas les anonymes qui se retrouvent dans le business de force, mais des personnes qui ont fait des choix et qui les assument. Elle est là, l'éthique.
Mais continue à chialer, Jo-le-héros.

Anonyme a dit…

"Je nique un chien, et c'est mon choix" (jingle)

Unixorn a dit…

Merci de partager tes connaissances en la matière, un billet comme ça ça fait plaisir.

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.