dimanche 1 juillet 2012

Socializing...

Une fois passée l'étape des soirées où tu rencontres des gens parce que c'est les potes de tes potes et que sinon ton cercle de relations se compte sur les doigts d'une main, vient l'étape où les gens ont reconnu ta plus value sociale et veulent absolument voir ta gueule dès qu'ils ont un kilo de nouilles en trop à partager. J'en suis là, donc je te raconte comment ça se passe, attention : choc culturel inside.

1) Le principe de l'invitation japonaise.

D'abord, le Japonais ne t'invite pas chez lui, sauf si tu es une meuf et que lui aussi est une meuf, auquel cas ça va, on peut se tripoter les seins dans le salon. Ça s'appelle une "home party", et rien que le fait qu'on précise te montre bien que ça ne va pas de soi.

Le Japonais t'invite donc à l'extérieur, et comme vous allez être nombreux et qu'il fait beau, ce sera autour du concept de barbecue, parce que quand l'appétit va tout va.

Premier détail qui va te changer : l'extérieur, c'est pas le jardin comme chez nous, où justement on a un peu peur que tu foutes le feu à la Corse entière ou à Yannick Noah avec tes conneries de relancer le feu avec un bon bidon d'essence, à 10 boules le litre, ça va, t'as les moyens mec, et du coup c'est interdit de faire du BBQ n'importe où.
Au Japon, au contraire, si on devait attendre que les mecs aient des jardins pour cramer de la couenne, on socialiserait pas souvent, donc tout est prévu : dans les parcs, à la plage, y a des espaces BBQ. Et oui, moi aussi de voir 300 personnes autorisées à faire du feu au milieu des arbres sans aucun encadrement, ça m'a fait bizarre la première fois.

Du coup, t'étonne pas si l'endroit où on t'invite est à 2h en train. T'es invité à un BBQ, tu bloques ta journée.

2) Le principe de "l'invitation" japonaise.

Moi qui suis habitué à des brunchs italiens où on te rappelle le week-end suivant pour finir ce que les gens ont laissé, je te cache pas que j'ai levé un sourcil quand on m'a demandé de sortir le portefeuille après que j'ai eu mangé 2 crevettes. Au Japon, on ne t'invite JAMAIS gratuitement. Anniversaire, soirées, baise, si c'est organisé et qu'il y a du monde, il y a toujours un minimum de 20€ à prévoir. Ouais, si je dis 2000¥ ça paraît raisonnable, mais quand je te le donne en €uros, tout de suite tu te rends compte que tu zapperais pas mal de soirées en France s'il fallait les débourser systématiquement. Des fois tu as l'impression de te faire couillonner, mais c'est le prix à payer pour construire son réseau social et également faire le tri de qui fait des pures teufs et qui est une balletringue, et des fois tu paies tes 2000¥ pour manger l'équivalent du quadruple en barbaque, le tout entouré de bonnasses en maillot de bain. J'y reviens.

3) La ponctualité des Japonais.

On t'a invité dans un coin que tu connais pas, il y a les correspondances en train, tout ça, on t'a donné une heure et un lieu précis pour que tout le monde se retrouve, donc pour arriver à l'heure tu prends un peu de marge. Faute. Faute grave. Le Japonais arrive tellement JAMAIS à l'heure que ça fait même partie de la définition du mot ponctualité :

Tu vois comme tout le monde est d'accord. Tu vas te faire avoir les premières fois, et puis après tu auras pigé le truc : e-mail et numéro de téléphone de l'organisateur obligatoires, console portable chargée, iPad, lecteur mp3... Comme si t'allais à la sécu.

4) T'es pas là pour faire ton DJ.

Attention, si jamais t'es mélomane et un peu délicat des oreilles, va falloir être sélectif au niveau des invitations : une journée à la plage, c'est de la musique de crétins à fond les ballons non-stop. Si tu viens pour emballer, je te conseille de faire un peu de muscu, parce que la conversation à côté des enceintes ça va être très très limité. Évidemment, ces demoiselles penseront que c'est la difficulté du japonais qui t'oblige à leur faire répéter chaque phrase, et pas du tout la stéréo juste derrière elles...

5) Ni ton muslim.

Grand classique des BBQ : ou tu bois de la bière, ou tu vas crever de soif. Quand c'est à la plage, t'as probablement un combini pas loin pour acheter ta boisson, mais au milieu de la forêt juste tes 2000¥ ils te paraissent plus chers que ton loyer.

6) Comme tu manges tu baises.
Tu sais pourquoi la plage c'est un repaire de bonnasses ? Parce que les moches y vont pas, tout simplement. Les Japonaises qui ont prévu un maillot de bain et 15 kilos de barbaque à faire griller, c'est comme les fumeuses qui avalent : elles aiment la queue, 肉食系 jusqu'au bout. Quand t'es invité par des nanas comme ça, fonce : les légumes seront là que pour décorer et t'auras droit à un autre menu que des yakisoba de merde avec 3 lardons qui se battent en duel. Et puis ça te permet de voir la marchandise pour de vrai, parce que les Japonaises et les soutifs, hein, ouais, on s'est bien compris.

14 commentaires:

Ama a dit…

lol

Avec les japonaises, c'est clair qu'il y a plus de frisette dans le calbutte que de barbaque dans les soustifs.

Et vive les barbak jp (^^)/

senbei a dit…

Personnellement, je suis plus bareback que barbak, mais bon...J'ai riz. Le truc de payer systématiquement, que tu pèses 45 (comme n'importe quel Keiko) ou 90 kilos (comme moi), que tu boives de la bière ou non, etc, ça me saoule. J'ai envie de faire un bbq où on amène son cul et sa côte de boeuf. Ca servirait de sélection sociale aussi : le mec qui amène une salade de riz au thon et des brochettes de blanc de poulet, tu sais qu'il ne sera plus invité.

Senbei, connard social et fier.

lolo a dit…

@Senbei : t'es fou, c'est super bon la salade de riz et les brochettes de poulet. De toutes façons, je ne voulais pas t'en donner.
C'est oit qui n'es pas invité la prochaine fois !

Anonyme a dit…

En gros t'es là pour baiser quoi. Que tu ailles à Roppongi, en soirée à Shibuya ou à un BBQ à Okutama, le but c'est de baiser des Japonaises...

Robert Patrick a dit…

@anonyme : quand tu connais le prix d'une Japonaise et le prix de la viande, non, t'es pas là pour baiser, t'es là pour t'en mettre plein le bide.
Par ailleurs, j'évite de baiser l'été : la transpiration et moi on n'est pas copains...
Mais si je dis que ton post sent l'aigreur, tu fais le gars surpris ou bien ?

Anonyme a dit…

Bof un coup de bite ça n'a pas de prix, sauf peut-être le love hotel (en warikan pour les gentlemen). Et puis l'un n'empêche pas l'autre, tu peux t'en mettre plein le bide puis baiser tranquille (après avoir fait un bon gros caca quand même). Et puis transpirer ça permet d'éliminer les toxines.
J'imagine bien que mon post sent l'aigreur et qu'il n'a pas dû de plaire plus que ça, mais des mecs qui viennent au Japon pour fourrer un maximum ça fait trop cliché.

Robert Patrick a dit…

@Anonyme : les mecs "qui viennent au Japon pour fourrer un maximum" ne me dérangent pas. D'une part parce que eux et moi on chasse pas le même gibier et donc surtout pas aux mêmes endroits, et d'autre part parce qu'être aigri que des mecs baisent plus que soi, c'est être aussi con qu'une Japonaise, à toujours jalouser la jeunesse des autres. J'ai décidé il y a bien longtemps que j'allais orienter ma vie dans une autre direction, étant de toute façon le mec le moins compétitif du monde... 草食系 for life.

Anonyme a dit…

On peut dénoncer ou critiquer des comportements sans forcément être jaloux ou aigri. Il m'arrive de critiquer plein de choses, comme la pop coréenne, les pâtes trop salées, la musique trop forte chez Zara, les jeunes mamans qui sortent leur bébé en poussette à Shinjuku à 3h du matin... Je ne suis pas pour autant jaloux de toutes ces choses là.
Je suis moi-même (et ai toujours été) herbivore et en couple depuis plus de 10 ans avec la même personne, donc tu comprendras certainement que les coups de bite dans les toilettes du Vuenos ne me font pas plus rêver que ça.
Enfin, je ne venais pas t'agresser sur ton blog, mais la lecture de tes quelques derniers articles m'a donné l'impression que tu es subitement devenu un golden boy qui fais des soirées pour chasser un maximum de viande. Me trompé-je?

Robert Patrick a dit…

@anonyme : complètement, sur plusieurs points.
1) pas golden boy. Je gagne de quoi payer mon loyer et manger. Le Love Hotel, ça reste encore trop cher pour moi.
2) je fais effectivement le plein de soirées, essentiellement pour rencontrer des gens et construire un réseau. Je ne crois pas que ces gens vont devenir mes meilleurs potes et je ne crois pas non plus que Japonaises que je rencontrent mouillent leur culotte en checkant ma 名刺. Si j'ai l'occasion d'en baiser, je ferai pas la fine bouche non plus, mais aller à des events dans l'espoir de fourrer c'est croire au père Noël.
3) chaque article contient environ 50% de vrai, le reste c'est brodé. Ma vraie vie n'intéresse personne, à commencer par les Japonaises, ceci expliquant cela.

Sorry si j'ai pris ton commentaire un peu trop au sérieux, mais depuis l'émergence d'un nouveau blog spécialisé dans la chope de "J-bitch", j'ai assisté à des trucs pas très glorieux de gens aigris de voir des mecs pénétrer autre chose que leur Tenga. Les gens envieux, j'ai beaucoup de mal.

Anonyme a dit…

Mille excuses si je me suis trompé. Je suis ton blog depuis un bon bout de temps maintenant, et il m'avait semblé qu'il y avait eu du changement dans la ligne éditoriale.

Sans rancune j'espère (venant d'un anonyme ça peut paraître étranger, j'en conviens).

Robert Patrick a dit…

@Anonyme : aucun souci, la méprise est réciproque. En revanche, ce que tu soulignes mérite d'être expliqué : lorsque j'ai commencé ce blog je ne venais au Japon que comme touriste, alors qu'aujourd'hui j'y vis et j'y travaille. Les sphères dans lesquelles j'évolue ont changé et les liens que je peux nouer avec les gens également. Par ailleurs, les périodes ont également une influence sur les occasions qui me font écrire : il y a effectivement plus de chances que je te parle de bonnasses en été où on me convie à la plage pour assister à des attouchements sapphiques qu'en hiver où chacun va rester chez soi avec la clim' et des nabe.
Pour la ligne éditoriale elle-même, rien n'a changé : je continue de faire le gars qui découvre le Japon... ;-D

Anaïs a dit…

Mais c'est que ca a l'air bien sympa tout ça, mais bien trop chiant \o/

Anonyme a dit…

Juste GE-NIAL
des articles sont tous autant excellent les uns que les autres, tout en étant criant de vérité.

Au plaisir de te lire.

Anonyme a dit…

" mais depuis l'émergence d'un nouveau blog spécialisé dans la chope de "J-bitch" "

Url plz.

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.