jeudi 19 juillet 2012

L'homme qui marche.


Cela fait déjà quelque temps que je voulais écrire cet article, probablement peu après ma rencontre avec Senbei, mais les blagues les meilleures étant les plus courtes il m'apparaît aujourd'hui pertinent d'expliquer à ceux qui ne le savent pas déjà qui je suis (pour celles qui souhaiteraient carrément une photo, c'est très simple : imaginez François Hollande, mais avec des costumes bien taillés).

Je ne cours pas. Ni après rien autour d'un stade, ni après les Japonaises de Roppongi, ni après l'argent, les médailles ou la gloire. Ni après le train qui va partir, comme ces Japonais qui s'entassent jusqu'au malaise quand le train suivant est déjà stationné derrière celui dans lequel ils estiment leur présence indispensable. Ni après la fille que j'ai vue en premier mais que je te laisse draguer quand même, parce que mon bonheur dépend moins d'une caresse que d'une bonne connexion internet, alors que toi, je vois bien que tu crois encore à la femme de ta vie et c'est peut-être elle. Ce soir, en tout cas.

Je n'ai quasiment jamais obtenu ce que j'ai voulu, et quand je l'ai eu je l'ai souvent regretté. Alors que toutes les bonnes choses qui me sont arrivées me sont tombées dessus from nowhere, mais à la limite du miracle ou de la caméra cachée (les circonstances de ma venue au Japon, mais juste WTF ?!). Tu avoueras que ça n'enjoint pas vraiment à la proactivité...
Mon métier, c'est professeur de japonais et ma vocation c'est l'enseignement. Si j'avais voulu de l'argent, j'aurais fait les études qu'il faut pour. Je n'ai pas d'ambition, aucune. Quand les gens me parlent de "challenge", d'"évolution", je ne comprends pas le but de tout ça. Je veux juste pouvoir enseigner le japonais. Qu'est-ce que c'est, l'évolution de "professeur de japonais" ? Enseigner au Stade de France ? Je suis aujourd'hui directeur d'une école, j'en ai le titre en tout cas, mais pas le pouvoir. Quand ma collaboratrice me dit que c'est "mon école", je lui réponds que non et elle croit entendre que je souhaiterais plus de responsabilités, de pouvoir exécutif, alors que c'est le contraire : je me fous éperdument du pouvoir et n'imagine pas une seule seconde qu'une institution puisse m'appartenir sans que j'y aie investi le moindre centime. Je veux juste qu'on arrête de me mentir, qu'on arrête de croire que je vais être tout fier de courir après la carotte qu'on me présente. Je ne cours pas. Je suis l'homme qui marche.

C'est pour ça que tu te trompes si tu crois que j'essaie de pisser plus loin que toi. Je n'ai pas d'ego à ce niveau-là : je ne dis pas "いいな~" comme une Japonaise qui a l'homme le plus beau et le plus dévoué dans sa main mais regarde avec envie ton nouveau copain moche juste parce que "le monde ne suffit pas". Si tu es plus beau que moi, que tu baises plus, que tu gagnes plus, je ne me dis pas que c'est injuste, je ne me dis pas "pourquoi lui ?", parce que j'en suis déjà à me demander "pourquoi moi ?" quand je regarde ma vie parsemée de bonheur.
Et aussi je suis gentil. Pas pour être ton ami, pas pour obtenir une faveur, pas pour que tu me regardes ne serait-ce qu'une fois, s'il-te-plaît, Princesse. Juste parce que j'ai de la marge. Parce que prendre soin de toi ne me coûte rien, alors si le résultat est le même autant essayer d'améliorer ta vie un peu. Ton ingratitude ne me blesse pas, car ce que je te donne je n'en ai jamais eu besoin, je ne sacrifie rien.
Je suis l'homme qui marche.

36 commentaires:

Anonyme a dit…

Joli post

Lionel a dit…

Tu apparais tout de suite plus sympathique, bien que je ne doutais pas de ton degré d'ironie, je n'ai jamais eu l'occasion de lire un post du vrai toi (je n'ai pas lu tous tes articles). Je ne savais pas non plus qui tu étais et maintenant j'en sais un peu plus.
C'est sympathique de pouvoir mettre un visage sur ce RP à la langue si bien pendue.
Mais je me pose une question, de quel François Hollande parles-tu? Celui d'avant le changement ou celui d'après?

tinou81 a dit…

toi, t'as vraiment envie de baiser

Ephra a dit…

Il est magnifique, votre texte. "parce que j'ai de la marge", c'est la première fois que je rencontre cette idée formulée ainsi, c'est bellement dit et... déroutant.

Anonyme a dit…

Lu et approuvé par le gérant.

Loup a dit…

Quand est ce que je t'offre un verre pour te remercier d'avoir pris soin de moi?

Robert Patrick a dit…

@Loup : hein ? J'ai fait quoi ? Euh, t'as mon mail en haut à droite, je pense, dans le profil.

Julien a dit…

Ben écoute sympa, je me doute que tu n'en a rien à foutre que je te trouve sympa.
Continue juste à me faire marrer tel que tu es et puis c'est tout.

(juste une question en passant, simple curiosité, je me demandais ton âge.)

+

Anonyme a dit…

Ta manière d'écrire est énorme, et même si le Japonais a son charme, je préfère quand même ma langue, surtout quand elle est bien tournée.

1er point pour lequel je suis ton blog ^^

Le deuxième point c'est que comme Julien a dit, tu me fais marrer, c'est cool aussi !

Enfin, les blogueurs 'influents' ont la grosse tête, et je commençais à croire que toi aussi... Mais après avoir lu ça, je me dis que t'es un type bien, alors t'arrêtes pas !

PS: Que je te dise 'tu' ou 'vous' tu dois t'en foutre un peu, j'ai hésité, parce que je ne dis pas 'tu' à quelqu'un de plus agé qui en sais BEAUCOUP plus que moi, c'est comme ça ...
Mais j'ai pas voulu faire cul coinçé :p

@ +

Robert Patrick a dit…

Gros gros gros doute... Est-ce que les gens se mettraient à me trouver sympa juste parce que j'ai dit que je ressemblais à François Hollande ? :-(

Julien a dit…

Arf mon Dieu non.

En ce moment j'aime juste bien te lire troller sur FJ :D

Alex a dit…

Après des années d'articles à la plumes acerbe, de critiques justes et autres vannes bien senties, j'en fini par me demander si cet article n'était pas une vanne de plus.

C'est déroutant.

Et la référence à François Hollande, genre le changement de ton, c'est maintenant. Ou pas.

Fichtre.

Robert Patrick a dit…

@Alex : moi-même, je m'interroge sur ce lectorat qui me prête les pires intentions si je parle de barbecue avec des filles en bikini, et qui la semaine d'après me trouve sympathique parce que je fais profil bas.
Plus grave encore, il semblerait que plus je raconte qu'il m'arrive des trucs biens plus je pipeaute, et plus je raconte que je suis un loser plus je suis crédible...
Je ne comprends pas bien ce qui justifie à la fois ces sautes d'empathie ET de crédulité de la part des gens qui me lisent... (^_^;)

Julien a dit…

@RP,

Je vais juste te dire le pourquoi du comment en ce qui me concerne, tu vas voir qu'il n'y a pas trop de 'remuage' de méninges à effectuer^^

Je pense avoir lu tout ou presque sur ton blog et je me suis bien marré, simplement c'est le premier post que tu fais pour lequel je suis allé voir les commentaires, et j'ai décidé de mettre ma petite touche pour t'exprimer ma sympathie et mes remerciements pour ces bons moments partagés.

Ca ne va pas beaucoup plus loin que ça malheureusement... ou heureusement pour moi peut-être :D

Lionel a dit…

Et bien, je dirais que t'es pas le seul dans le cas, c'est comme ça pour tout le monde. Ce n'est pas parce que tu tiens un blog qui a un minimum de succès que l'on ressent plus d'empathie, de sympathie, de jalousie ou quoi que ce soit d'autre envers toi.
Estime toi heureux d'avoir un lectorat qui réagisse, cela te rend plus crédible non?

Enfin, si tu préfères je peux te dire qu'après cet article, tu n'apparais pas plus sympathique, au contraire, ta médiocrité dépasse mon entendement et plus jamais je ne lirai le blog d'un pauvre professeur de japonais qui se morfond pour tenter d'attirer la sympathie des plus crédules de ses lecteurs...

Mais quoi que tu écrives par la suite je ne le lirai plus de la même manière... c'est un peu comme lorsque l'on interroge un humoriste, on ne regarde plus ses sketchs de la même manière.

Anonyme a dit…

Je repassais simplement faire un tour, j'ai déja commenté plus haut en tant qu'anonyme.

Lionel, a moins de valoir mieux que lui, respecte le, ok ?

"Tous les commentaires doivent être approuvés par l’auteur du blog." => Le tien à été approuvé, si il était aussi médiocre que tu le dis, il aurait fait comme tout les pigeons, supprimer ce qu'il ne lui plait pas...

Robert, je t'explique, tu es très très très (trop?) ironique dans tes articles, perso j'aime bien, mais les gouts et les couleurs... Si bien, que parfois cette ironie passe pour de la vanité.. En racontant 'un peu' ta vie dans ce billet on voit finnalement que t'es "humain" comme nous quoi :D

T'es quelqu'un de respectable, qui sait beaucoup de choses, même si je me marre sur ton blog j'en apprends aussi,

Les commentaires des rageux me font tout le temps rire mais faut pas s'y fier :D

Eh, rien à voir avec Hollande hein ? ^^

Robert Patrick a dit…

@Anonyme : je pense que la deuxième partie du message de Lionel était un exemple et pas ce qu'il pense.
Le fait est qu'il n'y a pas plus de "vrai" moi dans cet article que dans les autres, et pas moins non plus. J'essaie juste de ne pas toujours présenter la même facette, c'est tout.

Anonyme a dit…

Fait comme si j'avais rien dit alors, je suis un peu crevé là ..
En passant je poste à 3 h du mat, normal que ce soit écrit 22 juillet 16h32 ?

M'enfin..
Ciao :)

milou a dit…

Ça c'est la faute à Senbei qui a dû te comparer à un flamby. Je rejoins également l'un de tes poètes-lecteurs qui a écrit, je cite : "toi, tu as vraiment envie de baiser".

Nattôha a dit…

Je confirme la générosité...

Et le pire avec c't'enculé de RP c'est qu'il ne vous laisse même pas lui rendre la pareille...

RP,貸し作りpower :p

Anonyme a dit…

Le physique d'Hollande en moins, moi, je suis amoureuse ( *.*) Mais on en parle avec mes copains de LCE Japonais, je pense que d'autres trouveront ce post tellement moins cool... ( ~w~)

Lionel a dit…

Effectivement, c'était juste un exemple et cela se comprend si on lit mon premier message voire même le début et la fin du second. Je sais qu'il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'avis mais à ce point ce n'est plus de l'idiotie mais de la folie, de la schizophrénie :P.

Anonyme a dit…

Salut, je suis l'anonyme du post précédent!
Et en lisant ce très beau billet, quoique fort peu conventionnel et, pour le coup, rompant pas mal avec ta ligne éditoriale, j'ai eu l'impression que tu parlais de moi. Je suis un homme qui marche, moi aussi; et je dirais même, un homme qui marche à l'écart du peloton.
J'ai débuté ma vie d'adulte avec le rêve de me lancer dans la course à la carrière et à la reconnaissance. Aucun de mes buts n'était "noble" ou moral: je voulais du fric pour impressionner les filles et rendre jaloux d'ancien camarades de facs que j'avais comme amis sur facebook mais avec qui je n'avais pas gardé un très bon contact. Donc je faisais comme tout le monde: les photos de mes voyages, les photos de ma voiture, tout ça. Et puis il y a eu un truc qui m'a refroidit. Une série de trucs qui ont concordé dans un sens unique. Depuis, je suis sorti du marché de la concurrence et des coups tordus de carriéristes. Certains considèrent les gens comme nous comme des losers, mais en tout cas je n'ai jamais été aussi bien dans mes pompes que depuis que je ne vise plus la lune. De toute façon je ne l'aurais jamais eue, la lune. Pas plus que 99% d'entre nous qui faisons des efforts, des sacrifices à pleurer, qui versons des larmes, de la sueur et du sang pour ramasser des miettes. La carrière, tout ça, c'est aussi et surtout une histoire de chance; moi je n'ai jamais eu de chance dans ce domaine. Mais j'en ai dans d'autres. Le tout est de savoir quel chemin est le plus adapté à soi. Sinon ça revient à essayer de faire de Mozart un boxeur professionnel et de Hussein Bolt un peintre impressionniste.

Merci pour ce joli post. J'attends le retour de ton humour et de ton ironie percutante pour le prochain.

Anonyme a dit…

"Sacrebleu, le mec qui écrit des articles sur les chiottes japonaises et le bukkake est directeur d'école !"

Au fait, quelque ne prend pas de s dans quelque temps.

Clarence Boddicker a dit…

@ milou: + 100

Oui, c'est tout de même ironique cette soudaine humilité humble de l'homme qui marche, irradiant de bonheur et comblé par la vie imparfaite. Et qui donne.

Si je voulais être ironique, je dirai: "Mais quel faux cul."

Au fond, vaut mieux continuer à jouer l'enculé "charismatique" qui nous parle de socialisation autour d'un bbq, des soirées de la hype-qui-compte tout en rêvant secrètement de Richard Mille comme des petites culottes de Roppongi. C'est pas souvent drôle mais ça colle mieux avec l'idée que je me fais de François Hollande.

Robert, ce pays va te faire beaucoup de mal. Beaucoup.

Et moi, ça me fait sourire.

Clarence, keep walking

PS: Prof de japonais au Japon ? U kidding ?!

Robert Patrick a dit…

Clarence, je crois que ce pays rend plutôt malheureux les gens comme TOI, les gens qui pensent vite et qui bougent vite, et qui supportent sans doute difficilement le tatemae et l'immobilisme diffus et omniprésent de ce pays. Les gens comme moi qui n'attendent rien et qui, effectivement, manquent de discernement au point de vouloir faire prof de japonais au Japon, ils n'ont pas de raison d'être plus malheureux ici qu'ailleurs, surtout quand la société, quand même un peu consciente qu'elle sature pas son peuple de félicité, a pris soin de le saturer de plaisirs de substitution.

Clarence Boddicker a dit…

Désolé pour le retard à répondre, un petit contretemps sur FJ.

Sinon moi ça va. Le Japon ne me rend pas plus malheureux que la France. C'est même plutôt le contraire.

#I JUST MISS CHARLES TRENET (et ma femme aussi)

Et puis si j'apprécie l'immobilisme trompeur, je sais que le Japon n'est pas plus isolé que les autres de la logique mathématique, autant qu'il respecte la performance et le rapport Profit/Loss. Et là encore, cela me parait plus sain que notre exception culturelle totalement fucked up. Mec, Montebourg est ministre. Cahuzac aussi.

Pour le reste, on peut planquer beaucoup de choses sous le tatemae/honne (un truc confortable que les gaijins aiment bien utiliser aussi histoire de se rassurer), reste la réalité de soi. Cruelle ou splendide, c'est selon.

Je me demande juste si tu vas pouvoir supporter ta condition d'"homme qui marche" insensible à l'ingratitude que cette société va te montrer, eu égard à ce que tu peux lui apporter (prof de japonais, toi même tu sais, ça le fait moyen). Et tu sais combien elle peut être impitoyable dans ces critères de jugement.

Quant aux pseudos-gâteries de la société de consommation nippone, elles ne sont qu'un pis-aller en regard de la souffrance qu'elle provoque. J'espère juste que tu restes lucide.

En tout cas, eu égard à la voie choisie, bon courage mec.

On va tous en avoir besoin.

Clarence, garde la pêche

Djam a dit…

Poste bien écrit, beau comme de la mélancolie d'automne. J'aime.
Mais j'aimerais creuser la question du prof de japonais au Japon, c'est possible ? Depuis que je passe ici la lecture du mot "prof" me faisait exclusivement penser a "prof de français". Il y a moyen d'avoir des détails ? Ça m’intéresse vraiment (pas pour te piquer ton taffe, si ça peut te rassurer). Ou en privé peut-être ?

Anonyme a dit…

90% des ecoles de japonais au japon utilise le nina nihongo et le regurgite betement, donc un "gayjin" qui c est fait chier a apprendre le japonais sera un bien meilleur prof que la plupart des profs de japonais que j ai croise. Sans parler de pedagogie ....grand absent ici

Robert Patrick a dit…

@Djam : tout est possible. J'ai aucun élève pour l'instant, mais aucun moyen de marketer efficacement non plus. Il y a des écoles de japonais, essentiellement tenues par des Japonais, qui te donnent sans doute des explications bien merdiques et te font apprendre tout par coeur, Japanese-style.
Mais si tu arrives à te vendre, bien sûr que tu peux être prof de japonais au Japon. Le public sera essentiellement anglophone, donc il faut être fluent.
Et je ne m'inquiète pas que tu me piques mon taf (de zéro élèves), ici il y a de la place pour tout le monde.

Anaïs a dit…

RP... EXCELLENT !

Anonyme a dit…

Francois Hollande ? Bruce Willis plutot ouais !

senbei a dit…

J'ai aimé cet article. Pas que je crois fondamentalement à la vérité de ce qu'il expose, mais à la sincérité du truc.
C'est une belle image, soit du sentiment du moment, soit de ce qui te semble une image acceptable de la situation. Dans les deux cas, ça aura le mérite de présenter un point de vue différent.

"Plus tu es sûr d'un truc aujourd'hui, plus il y a des chances que ce soit faux demain". Mais c'est ça qui est beau.
Senbei, bourré comme un coing, donc crédible une kyabajo.

yotsu a dit…

De toute façon, un gars qui écrit autant d'articles avec du cynisme à tout va tout en montrant une grande forme d'intelligence, on ne peut être qu'admiratif.

Moi je te kiffe !

Anonyme a dit…

Môa, très honnêtement, je le sentais venir ce texte. Apprenez à faire la différence entre contraste et contradiction, les gens. RP reste parfaitement cohérent (en prenant en compte la randomness ordinaire bien sûr).

Zap Brannigan a dit…

Un article original en effet, dans la mesure où on a pas l'habitude de voir Robert Patrick enfoncer des portes ouvertes... Par exemple, qui n'avait pas encore compris que RP ne court pas après le pognon ? Un rapace ne prendrait pas autant de son temps pour publier gratuitement un blog.
Même chose pour la gentillesse. Qui peut s'en étonner ? Personne ne tient un blog pendant plus de 5 ans au nom de la méchanceté, ou alors il faut vraiment être un rageux de première. Bref, à moins de lire le blog en diagonale, tout en jouant au ping-pong, je vois pas comment on peut prendre RP pour un pourri...

En revanche, les commentaires amènent une question intéressante : qu'est-ce qui rend quelqu'un sympa aux yeux des autres ? Et les réponses ont de quoi effrayer les avocats : s'il suffit de parler de sa vie privée pour avoir l'air humain, les tueurs en série n'ont plus qu'à faire des blogs pour éviter la taule à perpét'. J'espère qu'il y a encore des lecteurs qui préfèrent se forger une opinion au sujet d'un inconnu en étudiant ses idées, plutôt qu'en cherchant à connaître sa couleur préférée...

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.