samedi 30 octobre 2010

La navrance du vendredi.


J'te raconte :

Il y a presque un an, je postule pour une université japonaise (ne me demande pas laquelle, je pense qu'ils n'ont pas le monopole de la connerie, l'information n'est donc pas pertinente) qui recherchait un professeur de français.
Comme toujours dans ce cas, on t'explique que tu as jusqu'à telle date pour envoyer ton dossier, puis qu'à une date ultérieure il faudra pas que t'aies une gastro parce que c'est les entretiens (à tes frais).

Bon.

Premier détail qui fâche : les mecs te demandent d'envoyer une enveloppe timbrée du Japon (pour te renvoyer ton CV, au cas où ta boîte aux lettre serait pas déjà blindée de paperasse inutile...), alors que l'annonce s'adresse à des gens résidant potentiellement à l'étranger.
Donc moi, classy act, always, je leur envoie un mail en leur disant que je vais devoir passer outre cette formalité. Ils me répondent que j'ai qu'à utiliser un bon international ou quelque chose dans le genre, mais la Poste me dit que ça se fait plus, j'en informe donc l'université qui prend note.

Bon.

La date des entretiens passe, pas de nouvelles, j'en déduis donc ce qu'il faut.

Bon.

Trois mois plus tard, je vois la MÊME ANNONCE !! Les mecs ont pas trouvé chaussure à leur pied, visiblement.
Évidemment, tu me connais, je lâche pas la reuf', et comme la date de leurs nouveaux entretiens coïncide avec celle de mon séjour au Japon, j'y vois un signe du destin et leur renvoie direct un dossier.

Et là, les gars m'envoient un mail en me disant que j'ai pas joint d'enveloppe timbrée du Japon. Pas une seconde les gars se disent "tiens, ça vient de l'étranger, c'est normal qu'ils aient pas de timbres du Japon, puisque c'est pas le Japon. Soyons indulgents". Et puis c'est pas comme si on les avait jamais prévenus non plus, hein...
Non.
Cons jusqu'au bout des ongles, les gars tiennent à leur enveloppe timbrée du Japon depuis l'étranger.

Tu me connais, j'aime bien taquiner les cons.

Je leur envoie donc un mail leur expliquant en keigo qu'on est en 2010 et qu'ils vont être gentils de m'envoyer leur réponse par mail, que ça me permettra d'avoir leur réponse plus rapidement, plus gratuitement et plus écologiquement. T'as vu, je brosse leur fibre japonaise dans le bon sens, quand même. Classy act, always. Même quand je mets mon gros zizi dans ta bouche et que je pisse sans te prévenir.

Évidemment, pas de réponse, j'imagine la gueule outrée de la nana qui a lu mon mail et qui a demandé hystériquement à toute son équipe administrative pour qui je me prenais.

Hier matin, Chronopost sonne chez moi.

Grosse enveloppe de l'université en question, avec dedans une petite enveloppe contenant une simple feuille de papier pour me dire qu'après inspection minutieuse de mon dossier (LOL !), ça allait pas le faire.

Je t'ai déjà parlé du bon sens au Japon ?

17 commentaires:

unixorn a dit…

Mouais.
J'aurais fait acheter ce putain de timbre par un mec sur place plutôt que de discuter avec l'administration. On perd TOUJOURS a contester les délires bureaucratique, aussi absurde soit-ils. D'ailleurs plus c'est absurde, et plus ils y tiennent...

Robert Patrick a dit…

Et le timbre acheté sur place je le mets comment dans l'enveloppe que j'envoie depuis la France ?
Ou alors je demande au gars d'envoyer un timbre en France pour renvoyer le truc au Japon ? On va où, là ?!

Nesterou a dit…

Hallucinant.

Malheureusement la logique et le bon sens perdra toujours face à l'absurdité.
L'administration est bornée, et c'est comme ça. Envoyer une lettre/mail se résume à pisser dans un violon et à s'attiser les foudres de ces péronnelles de secrétaires. Mais comme tu le dis, ça peut-être amusant.

Mais qui sait, cette histoire de timbre était peut-être un test: "être vous prêt à affronter l'administration japonaise et autres joyeusetés du Gaijin au Japon?" みたいな・・・・

Ceci dit, je me demandais si c'était pas possible de s'en procurer à la Poste? Du genre pour les philatélistes ou... ceux dans ton cas accessoirement.

Moumousse a dit…

La prochaine fois que t'as besoin d'un mec sur place pour envoyer quelque chose et/ou réceptionner tu me fais signe....
Tu me revaudras ça autour d'une binouze quand tu aura décrocher ton poste au Japon....

unixorn a dit…

"Ou alors je demande au gars d'envoyer un timbre en France pour renvoyer le truc au Japon ?"

Oui, voilà, c'est à ça que je pensais. C'est une solution assez peu élégante mais qui a le mérite de fonctionner.
S'il y a un service équivalent à https://www.montimbrenligne.laposte.fr qui envoie à l'international ça peut le faire aussi.

Je trouve ça con de passer à côté d'un boulot pour une petite tracasserie administrative du genre qui ne prend pas plus de 10 minutes à régler. Même s'il est vrai le problème d'origine ne devrait même pas se poser.

Joe a dit…

>Je leur envoie donc un mail leur expliquant en keigo qu'on est en 2010 et qu'ils vont être gentils de m'envoyer leur réponse par mail

toi mon vieux, t'avais surement déjà tiré une croix sur ce boulot avant d'envoyer ce mail, nan ?

Discuter avec l'administration, et de surcroit INSISTER face à un japonais (la pire chose à faire) ? RESPECT RP, T'ES UN VRAI GUEDIN !

J'ai rien à t'apprendre sur les japonais mais je vais chier ma petite anecdote ici anyway : quand je cherchais encore du taf, je suis allé poser direct mon rirekisho dans une boutique, sans surprise le mec en me voyant me dit qu'ils recrutent pas. Sans mauvaise pensé je fais mon petit malin comme je l'aurai fait en france et lui dis "Nan mais gardez mon CV, des fois que je auriez besoin de quelqu'un...". Le mec m'a tout simplement mis un vent de fou et n'a même pas dénier me répondre ou me saluer en partant XD

Anonyme a dit…

Ils ont vraiment ete sympas de te repondre... Ca t'est pas venu a l'idee qu'il preferait embaucher des gens qui habitaient deja au Japon? Les visa, les entretiens, tout ca... Si tu peux pas joindre un timbre japonais, tu te demerdes, c'est parfaitement normal. Y'a bien assez de candidat sur place pour ne pas avoir a s'occuper du cas de Robert Patrick qui chie des pendules en keigo pour un putain de timbre. Tu peux pas postuler, tu postules pas, c'est tout. Hallucinant effectivement de jamais se remettre en question et de traiter les autres de cons jusqu'au bout des ongles. Moi je t'aurai meme pas repondu. Heureusement que tu bosses pas au Japon, finalement. T'aurais pas long feu.

Robert Patrick a dit…

@Anonyme : annonce adressée également, pour ne pas dire principalement, à des Français résidant en France, comme c'est souvent le cas lorsqu'il s'agit d'universités.
C'est vrai qu'il y a tellement de candidats sur place qu'on se demande vraiment comment les mecs ont fait pour devoir reposter leur annonce 3 mois plus tard, hein...
@Joe : je vois que toi t'as compris ce que j'ai écrit et que tu sais lire entre les lignes. Ça fait plaisir.

Le Cher Leader a dit…

"Tu me connais, j'aime bien taquiner les cons."

Ca sent la défaite et la résignation à ce moment là.

Quitte à kamikazer le truc, moi, je leur aurais mis une belle Marianne rouge sur l'enveloppe... juste pour le style !

Eh ouais, c'est qui le chef ?
C'est qui qui tient l'autre par les roustons ?

Anonyme a dit…

J'approuve totalement Anonyme du dessus. Maitriser le keigo, en fin de compte, ca pese pas lourd devant "dealer avec un Japonais avec succès". Faut arreter de penser logique a la francaise.

Ton echec ne m'etonne pas du tout. Pas que je sois mechant, mais t'as rien a faire au Japon (t'a bien vu, c'est pas fait pour les gens trop doués).

senbei a dit…

M.Anonyme, il chierait sur n'importe qui sous prétexte qu'il ne fournit pas le bon timbre, mais en attendant, il en oublie de mettre son nom, voire une adresse pour qu'on puisse lui envoyer des propositions de poste. Fichtre, c'est désarçonnant de bravitude.

Cela dit, pour des pôv' histoires de timbre, tu pouvais aussi me le demander. Je me doute que là n'es pas le propos, mais si ça se représentait, demande toujours.

Il m'aura bien fait rire, ce post. Merci.

Senbei, cégétiste expatrié

Joe a dit…

Je comprends plus ou moins parce que j'ai connu ça aussi, à mon échelle bien sûr (je suis qu'un de ces 'vulgaire WH'), mais pendant ces quelques mois passés ici j'aurai au moins appris qu'au japon 'non', aussi fou que cela puisse paraitre pour nous français, ça veut vraiment dire 'non' (même si c'est pour un truc illogique comme ton histoire de timbre), et que ça les fait devenir tout rouge malcontent si t'as l'outrecuidance de les contredire. Mais bon, je juge pas, c'est peut-être 'nous' et nos manières de barbare qui sont pas net...

Par contre, là où je t'ai trouvé un poil naif, c'est que peu importe le contenu de l'offre, si l'employeur est japonais tu peux déjà considérer que 1/faut être sur place, 2/faut avoir ton visa de travail/mariage en poche. Merde RP, déjà que t'es pas japonais, faut en plus lever le petit doigt pour toi ? MON P'TIT GARS TU TROUVES PAS QUE T'ABUSE UN PEU LÀ ?

Oublie pas que le japon c'est le pays où même pour t'inscrire à un pauvre site internet (internet = mondialisation, non ?) il te faut ton numéro de téléphone japonais.

Joe, serveur dans un resto oriental chic tenu par un gaijin

Robert Patrick a dit…

Holà, les gars, on est en train de concurrencer mes posts plein de gonzesses, là, au niveau du nombre de commentaires !
Pour ceux qui n'ont pas l'habitude de répondre à ce genre d'annonce (que les choses soient claires) :
1) le visa, on te le DONNE quand il s'agit d'une université.
2) les universités précisent s'ils veulent un gars résidant au Japon, en France ou les deux. Je ne réponds évidemment pas à celles qui veulent un gars sur place.
3) nombre d'universités précisent qu'ils ne renverront pas les dossiers qui leur auront été envoyés, donc les universités n'ont AUCUNE OBLIGATION de renvoyer quoi que ce soit, qu'il s'agisse des documents envoyés ou d'une réponse négative.
L'université qui décide qu'elle veut son enveloppe timbrée pour donner du boulot à son secrétariat, c'est SON PUTAIN de problème, pas le mien. Ma sévérité envers cette université vient du fait que j'ai répondu à pas mal d'annonces et en ai consulté bien plus encore (et plus que "pas mal", ça fait déjà "beaucoup"), donc je détecte direct les université qui font preuve de bon sens (= "j'ai envie de bosser pour vous") et les autres (= "euh... ben on va faire avec").
Eux, ils sont pas dans la bonne catégorie.
Globalement, il y a des indices dans les annonces qui trahissent tout de suite si on a affaire à des connards ou à des gens qui savent faire du bon boulot. Les mecs qui te demandent 5 copies de ta thèse et un résumé en japonais, tu peux faire une croix dessus direct.

DimSum a dit…

L'histoire du timbre est stupide, mais pas propre au Japon. Celui qui a eu affaire à l'administration française ou autre saura que le Japon n'est qu'une bureaucratie parmi d'autres. Ni pire, ni meilleure.

Les mecs, on leur a donné des règles: joindre une enveloppe timbrée. Du coup ils appliquent la règle et n'essaient pas de s'adapter ou de te rendre la vie facile. L'administration de ma fac c'était la même (en tant qu'étudiant): des règles stupides, mais si tu ne t'y plie pas, tu te fais baiser.
Si tu veux avoir affaire à des gens souples avec qui tu pourras négocier, postules pour un job en Inde ou au Nigeria, et prépares les biftons.

Anonyme a dit…

@senbei: parce que senbei, c'est ton nom?
1- Faux de dire ''les facs donnent des visas''. Les facs privées (qui sont loin d'être un cas marginal) fonctionnent comme des entreprises donc elles font ce qu'elles veulent. C'est du pur mensonge, là, Robert.
2- Des facs japonaises qui recrutent uniquement depuis l'étranger? Ca existe? Je vois pas l'intérêt.
3- S'il y a des facs sérieuses et d'autres non, finalement, le ''bon sens japonais'' n'a rien à foutre là-dedans, je me trompe?

Robert Patrick a dit…

@Anonyme : c'est bien ce que je pensais : tu n'as jamais postulé en répondant à ce genre d'annonces.

Zap Brannigan a dit…

Quote :
>> ça les fait devenir tout rouge malcontent si t'as l'outrecuidance de les contredire. Mais bon, je juge pas, c'est peut-être 'nous' et nos manières de barbare qui sont pas net...


Joe, il existe un moyen simple de trouver la réponse : dans une situation où on discute poliment entre gentlemen, il suffit de voir qui fait un caca nerveux simplement parce que l'interlocuteur ose montrer son désaccord. Et là, on voit qui est le barbare...

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.