dimanche 5 septembre 2010

Opération "Terre brûlée".


Dans une petite semaine commencera la grande tournée de Robert Patrick dans le Kansai.

J'ai fait un peu de level-up depuis ma dernière visite en avril et là ça plaisante plus. Le challenge : trouver un boulot et obtenir un visa de travail en 15 jours.
Après, ce sera le plaisir de se faire louer un appart' ("Comment ? Mais on loue pas aux étrangers, LOL !").

Dernière ligne droite, donc, qui promet en tout cas de nouvelles photos et de nouveaux articles, sur des sujets pas forcément encore abordés. Je pars à l'économie (j'ai même pris un vol indirect, tu imagines le sacrifice), tel un vagabond des temps modernes, histoire de garder de quoi avancer 6 mois de loyer lors de mon retour en octobre (ouais, du coup je reporte à plus tard l'achat de ma Richard Mille...).

Tu comprendras donc que j'organise pas les dates de ma tournée en fonction de ton emploi du temps et qu'il y a fort peu de chances pour qu'on trouve l'occasion de prendre un pot toi et moi.
Sauf si tu es méga-bonne, bien entendu.

Mental d'acier, forcément, le minimum pour affronter en costard 35°C et 70% d'humidité. Et le demi-million d'entretiens en keigo (en vrai, je suis tout excité à l'idée d'utiliser du keigo et de me faire passer pour un gars respectable).

La défaite n'est pas envisageable. En tout cas pas la mienne.

Retour en octobre, donc probablement pas d'article d'ici-là, sauf cas de force majeure (éruption volcanique, ma langue dans l'anus la bouche de Hirano Aya, pénurie de Tenga dans Denden Town, etc.)

19 commentaires:

Gustave Balzac a dit…

Tiens Disturbed, ça faisait longtemps...

Et sinon, dans quel domaine cherches-tu un travail? On ne sait jamais, le bouche à oreille-pitonnage par tes lecteurs est toujours une piste à explorer.

Robert Patrick a dit…

L'enseignement, bien sûr. Français, anglais, japonais (fatalement). Ou pornstar, je prends aussi.

Anonyme a dit…

Dis Robert, moi aussi j'aimerais bosser un peu sur place. Mon pédigrée : une simple licence de lettres, pas de FLE et encore moins d'expérience dans l'enseignement. Mon unique espoir était Nova (RIP), voir Berlitz, si j'me marie dans les 90 jours de mon visa (pêche aux thon : "à vos marques, prêts... staato"). Quel autre boite offrirait une formation à un inexpérimenté peu spécialisé ? Bah, j'crois avoir fait l'tour sur la toile...hopless. Sinon bonne chance à toi qui as l'air mieux armé, fighting spirit !

oldergod a dit…

keep us donc posted

Anonyme a dit…

Con le prix des montres... j'aurais jamais imaginé qu'une montre puisse atteindre de tels prix.

Sinon ben bon courage dans tes recherches. Ça pourrait être intéressant et faire l'objet de billets, la façon dont tu t'es démerdé, tout ça.

Sympa le dernier Disturbed sinon.

Stingray a dit…

Avec un JLPT1, tu vas perdre ton temps à enseigner le français alors que tu pourrais t'orienter vers d'autres secteurs plus lucratifs ?? A moins que ça soit juste un point de chute avant de rebondir, autant éviter l'enseignement qui ne rapporte pas des masses....en plus, avec la chute du centre multimedia de Nova à Osaka, les enseignants sur place doivent être nombreux à entrer en concurrence...

Pour le logement, tu pourrais par exemple chercher une coquine prête à partager un appart en mettant une annonce sur japan-guide, ou bien t'installer en Gaijin house (Orange House, Melon House, Banana House, c'est sur Ôsaka)

Robert Patrick a dit…

@Stingray : le JLPT1 prouve juste des compétences en langue japonaise (compréhension/expression). C'est pas parce que je suis un dieu vivant de la langue japonaise que je peux pour autant trouver un boulot de chirurgien, de garagiste ou d'ingénieur en informatique. Je suis typiquement le mec qui ne possède AUCUNE compétence utile dans une entreprise. En tout cas, aucune compétence utile validée par un diplôme.
Je vais cependant commencer par chercher du boulot auprès des organismes ad hoc, les ANPE locales, etc. Histoire de voir s'il y aurait pas moyen de moyenner. Je veux dire, si effectivement l'employé Japonais ne branle rien de ses journées et si effectivement être PDG ne consiste qu'à dire aux caméras de télévision qu'on est très très beaucoup désolé quand l'entreprise a perdu 10 milliards, ben effectivement, je pense que je peux complètement faire ça aussi.
心底からお侘び致します。

Eled. a dit…

@RP : "Je veux dire, si effectivement l'employé Japonais ne branle rien de ses journées"

L'ennui, c'est qu'ils te prennent que si tu as le diplôme ad-hoc pour servir d'oreiller. Comment tu vas faire pour procrastiner toute la journée au bureau sinon ?
Bah tu fais pas.

Et avant de s'excuser platement en tant que PDG, bah faut aussi passer par la case départ.
Putain c'est moche la vie.

Sinon, du foutage de gueule ces montres. Je suis sans doute pas assez renseigné, y'a peut-être un jetpack et un sous-marin pliable qui en sortent, mais artistiquement parlant, c'est nul.

Robert Patrick a dit…

@Eled : tu as raison. Tu n'es sans doute pas assez renseigné. Les montres c'est comme les instruments de musique, il faut connaître pour apprécier. Un Steinway n'est pas "un piano", une Richard Mille n'est pas "une montre".
Je ne dis pas que chaque €uro demandé est quantitativement ou qualitativement justifié, juste qu'il y a sans doute plus de raisons de mettre une certaine somme dans une Richard Mille que dans une Bell&Ross (check les modèles BR01 Tourbillon)...

Eled. a dit…

Uwh, ne te méprends pas non plus sur mon compte, je sais bien quels charmes peuvent avoir une mécanique ; et dans ce domaine, l'horlogerie contient des merveilles.

Cependant, l'Histoire du monde artisanal a prouvé qu'il était AUSSI possible d'allier la maîtrise des matériaux et la finesse des mécanismes à un certain goût artistique.

Peut-être faut-il que tu me décrives en détail ce qu'ont de particulier les rouages de ces montres pour que je comprenne. Pour le moment, je veux bien croire qu'il s'agit d'une fantastique mécanique parfaitement maîtrisée, il subsiste qu'elle apparaît dans un ensemble au rendu.. disons.. vraiment très passable, au regard de ce qui a déjà été fait. (et putain, au regard du prix !)

Qu'ont-elles donc de si fantastique ?
Je pourrais sans doute demander à ce brave Mr. Google, mais quelque-chose me dit que ta réponse sera bien plus haute en couleurs !

purporc a dit…

Hirano bof, je suis plus Ueto. Cela dit, une fois la langue dans son œil ridé on ne fait plus trop la différence.

Edo a dit…

35° en Septembre?
C'est ta rage de vaincre qui fait augmenter la température, ou alors le soleil oublie de taper un peu moins même quand l'automne pointe du nez?

Tu as un diplôme d'anglais au fait? Je sais que t'as le niveau (déjà vu tes posts sur Sankaku), mais les Japonais qui seront en face de toi pour l'entretien, ils te regarderont de tellement bas qu'ils auront aucun moyen de le savoir !
Remarque je sais pas trop comment ça marche là bas, l'enseignement de l'anglais pour un Français (par exemple). Ptet que ta tête d'étranger suffit?

Ç'aurait été cool que tu enregistres un entretien, qu'on voit à quoi ça ressemble, et à quoi tu ressembles en parlant de manière super humble et en usant de détours, mais bon, en 2 semaines de recherche de taff, tu auras mieux à faire que de te préoccuper de ça !

Bon courage pour tes recherches en tout cas, et je te souhaite de trouver un bon boulot ! Et dans le Kansai en plus, ça c'est classe !

Anonyme a dit…

J'étais moi aussi en recherche d'un emploi depuis un certains temps au Japon quasiment dans la même situation que toi. Strictement aucune compétence valable pour le travail en entreprise/bureau et comme seul atout : un anglais et un japonais pas trop moisi.

Je pense que tu t'es déjà préparé un minimum mais sait-on jamais.
Il est pas mal de pister auparavant les écoles de langues tenues par des français ou des anglo-saxons et de les contacter à l'avance par mail pour voir s'ils n'ont pas de poste d'enseignant de libre.
Sinon, tu peux faire un tour sur les sites locaux de ECC, ils cherchent toujours du monde pour enseigner le français et l'anglais (dans le Kantô en tout cas). Mais je ne sais pas s'ils sont prêts à fournir un visa de travail comme ça à un "touriste".

Pour l'ANPE locale (Hello Work), je ne pense pas que tu puisses faire l'inscription avec un simple visa de touriste. Lorsque j'ai été faire ma "carte de membre", ils ont fait des photocopies de mon passeport/visa + alien card.


Sinon, si ça peut te rassurer un peu, le bouche à oreille au Japon est un système assez courant mine de rien. Je connais un gars qui a débarqué au Japon par hasard comme prof d'anglais avec un contrat d'un an renouvelable (j'ai plus le nom de l'organisme par contre...) alors qu'il est à peine foutu de faire une phrase à peu près potable juste parce que son pote s'entendait bien avec le boss. Le genre de truc qui fout les glandes.


Enfin, 頑張ってください. A prendre dans le sens de "tu vas en chier mon cochon", si je peux me permettre l'expression.

Alex a dit…

営業マン Y'a moyen de trouver des trucs, ils prennent souvent sans experience ni rien et t'apprennent le truc sur le tas. Le soucis, c'est que c'est un boulot ou tu passes ta vie à courir à la recherche de client c'est pas forcément super intéressant, mais après tout dépend de ce que tu veux. Moi je sais que j'aimerais pas, mais après tout, chacun son truc.

J'ai trouvé un boulot sans qualif autre qu'un master de langue (見込みen plus) dans une boîte japonaise classique... donc ça dépend un peu de la branche aussi. Je suis passé par Hello Work, j'ai été a un gaijin fair et puis j'ai lâché des cv fait sur pc, comme quoi. Dans le boulot que je fais on est en contact toute la journée avec l'international, donc je pense que plus que le diplôme où les qualif ou quoi que ce soit, c'est le coté français anglais japonais et des bribes d'espagnol qui ont fait la différence. Le boulot, ça s'apprend sur le tas assez vite, les langues étrangères moins. Donc n'hésite pas à mettre l'accent là-dessus. Des fois y'a des trucs tellement improbable que ca peut marcher. Genre, un exemple au pif, il doit pas y avoir beaucoup de boites qui font du business avec l'afrique. Ce genre de truc, t'as l'anglais et le français, t'as le boulot.

pchan a dit…

he ben bon courage...

Clarence Boddicker a dit…

Ouais, bon courage.

Mais je crois qu'il va falloir faire l'impasse sur la Richard Mille, et penser à une Casio.

T'as pas fini d'en chier.

Clarence, prof de langue de luxe

Anonyme a dit…

Continue comme ça,
je me marre comme un phoque à te lire. Me rapelle la jeunesse.

Nagoya by Night.

tokyomonamour a dit…

Pour avoir bosser dans une boite d'interim après la chute de Nova il y a 2 ans, je confirme: le marché de l'enseignement du français s'est réduit. Mais il y a toujours des niches et des opportunités.

Je te souhaite bonne chance. Si la défaite est inenvisageable, alors il ne reste que l'autre option...

Virtualkobe a dit…

Le thermomètre s'est enfin décidé à descendre sur Osaka suite à l'été le plus chaud que la ville ait connu depuis plusieurs décennies !

Alors, heureuse ? ;-)

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.