mardi 15 juin 2010

And the "Best Town Award 2010" goes to...

Fort d'une première expérience qui me mit les pieds en sang (ah oui, quand t'es pas habitué aux vraies pompes avec les chaussettes toutes fines, faut éviter de faire le guignol pendant des heures sur le pavé ; comme ça tu sauras), je décidai d'illuminer de ma présence Piercebrosnanesque la nuit kobéenne, comme Kurt.

Pour ceux qui ne sont jamais allés à Kobe, comment t'expliquer... Kobe, si tu veux, c'est des grandes routes américaines, avec des ponts qui passent par-dessus, sinon tu peux pas traverser tellement les carrefours ils sont gigantesques.

Tu vois Gran Pulse, dans Final Fantasy XIII ? Ben pareil, avec des immeubles et des putes.

Kobe, c'est avant tout une ville commerçante, avec des kilomètres de galeries marchandes. Mais genre, tu peux traverser toute la ville dans toutes les directions, rien qu'en passant d'une galerie marchande à une autre. Comme le métro, mais à pied. Pour une capitale de la godasse, tu avoueras que c'est bien pensé.

Les magasins se répartissent en 2 catégories : les magasins de fringues et les magasins de bouffe, notamment des pâtisseries, puisqu'à une demi-seconde de mon hôtel se trouvait le Kobe College of Patisserie, autant te dire que quand tu tiens une pâtisserie dans le coin tu te fais pas trop chier pour trouver des stagiaires talentueux.

Le reste du commerce se divise entre salles de pachinko et diseuses de bonne aventure, pour la plupart Chinoises. Ouais, ils ont même un quartier chinois à Kobe, pour te dire qu'il y a une certaine population. Maintenant comment expliquer que cette population soit quasi-exclusivement constituée de vieilles (si, ne nie pas, elles sont vieilles) qui lisent les lignes de la main ou les cartes, voilà une vraie question.

Personnellement, je te conseille pas les "voyantes" de Kobe, qui sont 3 fois plus chères et 10 fois moins précises que celles de Tôkyô. Évidemment, si ton kiff c'est les vieilles qui te caressent les mains, fais comme si j'avais rien dit, t'auras une bouteille de thé en prime.

Le soir venu, je revêts mon habit de lumière et, fatalement, je retrouve les mêmes effets, notamment lorsqu'il s'agit d'attendre pour traverser et que s'agglutinent sur le trottoir d'en face un demi-million de personnes. Je t'ai dit que Kobe c'était grand.

Comme j'étais venu pour goûter du bœuf et rencontrer la femme de ma vie, j'ai fait ça. Oui, évidemment, j'aurais préféré l'inverse, mais rassure-toi, j'ai mis des choses en route. Pierce Brosnan spirit, mec, tu peux pas test.

Après avoir quitté tout le monde, je suis retourné à l'hôtel pour me changer et c'est dans le plus triste anonymat que je suis ressorti pour trouver un cyber-café.

Était-ce l'aura du costume qui m'enveloppait encore, était-ce une nouvelle confiance en moi qui émanait de mon corps tel le cosmos de Hyôga quand il fait sa drôle de danse d'invocation du canard ?

Toujours est-il que je me suis fait aborder.

Je marchais tête en l'air (au Japon t'es obligé, dès que tu veux trouver un truc), quand une femme s'approche et m'adresse la parole. Sur le coup, un peu surpris, j'imagine qu'elle me voyait chercher quelque chose et qu'elle se proposait de m'aider (et puis ces Japonais ont un anglais tellement atroce, ils croient que tu vas mieux comprendre mais en fait non, c'est pire).

Je lui explique donc que là je cherche un cyber-café, mais elle me propose beaucoup mieux : un massage. C'est bien gentil, pour la première fois qu'on se rencontre, mais là tu comprends paaaaas, j'ai passé la soirée avec la femme de ma viiiiiiie, je dois vite écrire un mail à mes pooooootes pour leur raconter, oh là lààààààà ! (oui, des fois je perds cette arrogance protectrice et je redeviens une petite Katie).

Me prenant visiblement pour plus naïf que je ne suis, elle décide de réduire subitement la distance qui sépare sa bouche de mon visage à quelques millimètres et me susurre à l'oreille "sex massage" !

Euh.
OK.

Non mais en fait, tu sais, j'avais compris dès le début, hein, je lis Drink Cold, tout ça.

J'ai donc poliment décliné, les Japonaises, hein, elles sont toutes gentilles quand il s'agit de se faire payer le resto, mais une fois à poil tu sais jamais ce qui peut t'arriver...

C'est en retournant à mon hôtel que j'ai réalisé à quoi ressemblait Kobe la nuit : des prostituées, je te mens pas, tous les 5 mètres. Et ça parle rarement japonais entre soi.

Ouais, c'est ça, les légendaires massages des bœufs de Kobe, y a peut-être pas que la bière qui joue, hein.

Arrivé à ce stade de lecture, tu te demandes quand même pourquoi Kobe est le grand vainqueur de "The Best Town Award 2010".
C'est parce que quand t'as marché dans tout le Japon, que tu as passé des heures à arpenter les plus grandes villes du pays, en arrivant à Kobe tu ne peux qu'être émerveillé – je pèse my fucking words – par une particularité locale, dans quasiment toutes les rues. Good job, les mecs, good job !

7 commentaires:

oldergod a dit…

Content que t'aies aime Kobe !

Alex a dit…

J'ai les mêmes en bas de chez moi, et c'est pas Kobe. Si je devais retranscrire en 'français' ca donnerait quelque chose de ce genre "ounissane ounissane, masaji, sanzene-ène, kimoutchi dassu yo"
Et une fois passé elles s'engueulent en moonspeak
Entre la gare et chez moi (5mins de marche) j'en croise bien 5/6.

Nesterou a dit…

HO PUTAIN DES BANCS!
Je croyais -presque- sérieusement que ça existait pas là-bas, du moins en dehors des parcs (et encore!).

Bon sinon Kôbe, Tôkyô toussa, je préfère éviter: trop grand, trop inhumain pour moi...

Et le blog de japonais? Les leçons à la RP me manquent je dois dire! La Fac c'trop ennuyeux...

Clarence Boddicker a dit…

Non mais... t'es un enfoiré de première !

Des masseuses chinoises tous les 5 mètres ???? Des bancs pour admirer ce spectacle ? Et tout ça dans la ville de la chaussure ?

Mais fais péter l'adresse ! Bon dieu de merde !

Clarence, futur Buddy d'Oldergod

Robert Patrick a dit…

@Clarence : oh ben tu vas pas te perdre, dès que tu sors de la gare (JR), tu tombes face à un lupanar. Comme si la ville était organisée autour d'un gigantesque quartier de consommation, et les putes servent de réverbères. Inratable.

Onigiri Joe a dit…

"3 fois plus chères et 10 fois moins précises que celles de Tôkyô"... je vais faire mon naïf mais, est-ce que tu as vraiment été jusqu'à comparer les pratiques chiromanciennes en agglomeration japonaise ? Si c'est le cas, j'EXIGE un post exclusivement réservé a ce sujet !

s'il-te-plait.

Zap Brannigan a dit…

La gare JR ? Mais t'es pas allé du bon côté Robert ! Faut sortir par la gare Hankyû ; LA tu voies ce que c'est de débarquer au milieu des masseuses ;-)

Ceci dit, il faut pas être mauvaise langue non plus. Kôbe est avant tout la ville du romantisme. Un exemple : depuis que je-sais-plus-quelle-starlette s'est mariée au temple Ikuta, les filles font la queue là-bas pour prier afin de trouver le grand amour. Alors d'accord, le temple est au milieu des bordels... mais elles prient avec une réelle ferveur, pour trouver un gros richard qui leur permettra de vivre comme des stars. Quand l'amour permet de surmonter la crise économique, quoi de plus beau ?

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.