vendredi 11 octobre 2013

L'art délicat de la traduction.


Je suis donc plongé en ce moment dans le dernier album de Perfume, le découvrant morceau après morceau, à ma manière, c'est-à-dire en écoutant en boucle chaque chanson jusqu'à user le disque dur de mon lecteur mp3.

J'y suis entré par le canonique "Clockwork", puis j'ai dérivé sur "ふりかえるといるよ" et sa production sublime, le long "Party Maker" et ses rythmes alternants, pour enfin succomber au single auquel j'avais miraculeusement échappé jusqu'à présent : "Spring of Life".

Et là, le choc : ils nous refont le même coup que PONPONPON, à mettre du cul juste sous ton nez, mais avec suffisamment de malice pour que le Japonais de base tombe dans le panneau. Oh, ce culot !

Je m'en vais donc te traduire la chanson, mais non sans t'avertir que la version album est TELLEMENT inspirée – jusqu'aux moindres effets – de la piste "Madness" de l'OST de Einhänder, c'est juste scandaleux de pompe. Oreille absolue, oui ou merde ?

La traduction, donc, c'est un art. Ça veut dire que le produit que te présente un traducteur, c'est pas du Google trad', tu vois : on prend pas un texte mot par mot, on regarde d'abord le sens général, et puis après on adapte chaque phrase pour qu'elle colle au sens global et que tout soit cohérent, quitte à changer des structures par-ci par-là. Mais je vais t'expliquer ça au fur et à mesure.

1) Tu croyais que si, mais en fait non.

"Spring of Life", c'est une chanson toute gaie qui évoque le printemps, serait-on tentés de croire, d'autant qu'ici et là sont glissées des références comme 南風 (Minamikaze), ce vent du sud qui souffle entre avril et août, et qui vient corroborer la période.

Oui, mais non, en fait.

Si tu veux me parler d'une chanson toute gaie du printemps, qu'est-ce que c'est que ces messages subliminaux qui parlent de nana qui "se met à pleurer miraculeusement" ? Qui "'convulse de joie" ? Tu nous a pris pour des puceaux, ou quoi ?

C'est oublier que nous, les Français, on a déjà eu France Gall et ses "sucettes", nous sommes donc particulièrement sensibles à ce que les Anglo-saxons appellent le "double entendre".


2) Le texte, rien que le texte !

Premier couplet :
スケジュールは 埋まっていても
Même si mon emploi du temps est blindé
思い出は空白のままで 
Mes souvenirs restent un néant
結局はそう
Comme tu le dis
自分次第だし
Tout ne dépend finalement que de moi
サプライズを待っていてもしょうがないから
Et attendre une surprise ne sert de rien

Interprétation : oscillant entre la coke et le shabushabu, nos trois coquines passent d'un plateau de télé à une scène de concert, dorment tout le lendemain et remettent ça, car telle est l'implacable vie des idols aux jambes interminables. Les semaines et les mois s'enchaînent sans laisser de traces dans leurs cerveaux délavés et, à un moment, l'inexorable besoin de se faire démonter et remplir se fait sentir. Si tu es le mec qui arrive à ce moment-là, bingo !

Premier refrain :
そう Spring of Life 弾けるような恋をしようよ
Baisons jusqu'à faire jaillir cette source de vie
Spring up Speed up
Bande et magne-toi
Dance for Joy 弾けるリズム
De ce rythme qui engendre cette danse pour la jouissance
震えるほどに心躍らせたいの
Fais battre mon cœur jusqu'à me faire convulser
始めようよ
Prends-moi maintenant !
Spring up Speed up
Bande et magne-toi
恋しようよ
Baise-moi !

Interprétation : ici, l'interprétation peut sembler dévier totalement du sens original, mais il n'en est rien. Le terme "spring of life", "source de vie" est évidemment à rapprocher de la fontaine de jouvence (les termes "wellspring of life" et "fountain of youth" sont souvent associés), et rien ne vieillit plus une femme que d'être délaissée, tandis qu'être désirée et honorée quotidiennement lui assure jeunesse et poil lustré, comme te le confirmera ma cop's Liz Phair. Cette "source de vie" est donc à prendre au sens séminal. Et d'un.
Le verbe "hajikeru" renvoie bien naturellement à ce qui "jaillit" ou "sourd", je te fais pas un dessin, et les nombreuses injonctions "koi shiyô", "hajimeyô", "spring up speed up" vont également dans le sens que tu sais. On allait quand même pas faire dire à Perfume "Sex shiyô", mais tu sais qu'elles demandaient déjà qu'on les prenne dans le merveilleux "Take me Take me" (tu noteras l'usage de l'anglais dès qu'il s'agit de faire passer quelque chose qui veut dire plus que ce qui est dit), c'est pourquoi j'ai utilisé "prends-moi" ici au lieu d'un très banal "allons-y !", plus littéral mais chiant comme la mort.

Tu noteras également les aménagements sur "kokoro wo odorasetai", qui sonnerait horriblement lourd ("je voudrais faire s'emballer mon cœur", AU.SECOURS !) traduit littéralement.
Encore une fois, la phrase "baisons jusqu'à faire jaillir la source de vie" (littéralement : "jusqu'à ce que la source de vie jaillisse", 弾ける étant intransitif, d'où l'usage de "yô na" après) est complètement inattaquable : si tu vois autre chose que ça, t'as un problème ET avec ta vie sociale ET avec le japonais.

Deuxième couplet :
なんにもないはずはないのに
Ce néant en moi n'a pas de raison d'être
もの足りない

Et pourtant je ressens un manque
気持ちのせい
Au niveau des sentiments
ねえ 結局はそう

Finalement, en effet,
自分次第だし

Tout ne dépend que de moi
南風を待ってても変わらない

Rester à attendre le vent du Sud n'y changera rien

Interprétation : rien de spécial dans ce couplet, qui reprend simplement la thématique du couplet précédent : le vide intérieur, au propre (= désir d'être remplie), comme au figuré (= vide intellectuel et sentimental en raison d'une vie qui défile trop vite).

Deuxième refrain :
そう Spring of Life 弾けるような恋をしようよ
Baisons jusqu'à faire jaillir cette source de vie
Spring up Speed up 
Bande et magne-toi
Dance for Joy こぼれる涙
Cette danse pour la jouissance et ces larmes qui

それは突然始まる奇跡に
Se mettent soudain à couler miraculeusement

Jump for Joy 弾けるような恋をしようよ
Baisons jusqu'à provoquer ces sursauts de jouissance

Spring up Speed up
Bande et magne-toi
Dance for Joy 弾けるリズム
De ce rythme qui engendre cette danse pour la jouissance
震えるほどに心躍らせたいの
Fais battre mon cœur jusqu'à me faire convulser
始めようよ
Prends-moi maintenant !
Spring up Speed up
Bande et magne-toi
恋しようよ
Baise-moi !

Interprétation : bon, là on en rajoute une couche pour enfoncer le clou et faire en sorte que plus aucun doute ne soit permis : je veux dire, "koboreru namida, sore ha totsuzen hajimaru, kiseki ni", mais elle est où, là, ta chanson sur le printemps ? C'est tes draps, qui sentent le printemps, ouais !

Voilà, maintenant tu sais ce qu'il y a à savoir sur cette chanson de Perfume. Et pour ceux qui se demandent si elles savent ce qu'elles chantent, je te rappelle qu'on parle du Japon.
On s'est bien compris.

13 commentaires:

Matt Gallais a dit…

Mince il va falloir que je prête plus d'attention à leurs albums précédents, j'ai l'impression d'avoir loupé quelque chose...
Comme quand j'ai commencé à parler Anglais couramment après mon installation au Canada et que j'ai réalisé que Björk ne parlait, en gros, que de cul. Toujours.

Anonyme a dit…

Spring of life, c'est pas le printemps de la vie ?
La jeunesse quoi.
Toujours au taquet mon cher robert.

MastaNeko a dit…

@Anonyme : Non, là, dans la chanson le sens est "source de vie". De plus "spring up" veut dire surgir/jaillir. Accolé à "speed up" (accélère)... Enfin bon, je te laisse imaginer.

Robert Patrick a dit…

@MastaNeko : "spring up" ne signifie "jaillissement" que dans son sens imagé d'une idée qui surgit dans ton esprit, par exemple.
Le sens littéral est à rapprocher d'une plante qui pousse rapidement, ou de quelque chose qui se dresse subitement, d'où ma traduction "bande".

Mickael Cromwell a dit…

FAUT PAS TRIQUITER KYARY-CHAN, RP

UltraZizi a dit…

Spring, ça veut aussi dire ressort. Donc Spring of life, c'est le tube en métal qui s'allonge de la vie, sur lequel tu peux venir faire boing-boing.
(Mais sans Mimie Mathy.)

Zoda a dit…

Je me suis souvent demandé si je fabulais sur Take Me Take Me, il semblerait bien que non. Merci bien pour cet éclairage Pat' !

Matt Gallais a dit…

Par contre faire une chanson appelée "1mm", je les trouve un peu dures, quand même.

Mickael Cromwell a dit…

Sinon je suis en train de tomber amoureux de Nocchi, c'est normal ?

Anonyme a dit…

pas mal de chercher un sens à cette purée qu'est perfume,
franchement je vais plutôt dire, perfume, tu vires les chants et t'as enfin de la zik potable de tanaka?? et consorts,
franchement ça me fait péter un plomb direct cette musique pour débile mentaux ça me fait penser au gaber style dans les boites belge presque..

par contre trouver un sens sexuel oui , vu la tronche des auditeurs de perfume (pere de famille attardés, boutonneux en puissance, nolife etc...)

je préfère encore écouter le doux son d'une actrice de jav susurrant des litres de sperme et lécher des cul deux secondes après.


le fan de jav * the only one

Roger a dit…

J'aime pas Perfume et toute cette soupe jpop indigeste, mais ta traduction a du chien.

Zap Brannigan a dit…

Bon, disons qu'avec Spring Of Life, le sens est un peu plus caché que dans Ponponpon, dans la mesure où les Perfume n'en sont pas à se taper sur le cul en disant "Vas-y, tu peux juter"... Pour Spring Of Life, en se forçant bien, on peut trouver une traduction plus sage ; avec Ponponpon c'est juste pas possible.

fengrim a dit…

Ca fait pas mal d’énergie dépensée pour de la musique de supermarché.

La traduction est vraiment propre.

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.