jeudi 2 mai 2013

The Konbini Experience.


Soit t'es un touriste et tu fais pas gaffe, tu es juste estomaqué par le stock de magazines de porn même pas cachés au cas où il y aurait des enfants et tu luttes pour voir où c'est marqué le goût de tous ces putains de triangles verts avec du riz dedans, soit tu vis ici et tu fais même plus gaffe à rien, tu rentres, tu essaies de pas oublier de filer ta "T-point card" à la caisse et tu ressors.

Alors deviens Robert Patrick quelques secondes, la prochaine fois.

Dans un konbini, je perçois :
- le ding-dong des gens qui rentrent.
- la musique de fond.
- le bip de chaque touche de la caisse enregistreuse.
- le bip du scanner à main.
- le biiiip biiip biiip des fours à micro-ondes.
- éventuellement l'INSUPPORTABLE japonais automatique de la vieille du Seven-Eleven qui dit 15 fois "arigatô gozaimAsh'TA !" à chaque client. Envie de la gifler à chaque fois qu'elle inflige cette inflexion systématico-obséquieuse à tout le magasin à travers sa voix de crécelle.

Je remarque aussi l'invasion croissante des caissières chinoises, avec leur badge marqué "Chin" ou "Chô" en hiragana. Y a donc pas qu'à Paris qu'ils investissent les petits commerces. Les Japonais deviendraient-ils fainéants au point qu'on manque de personnel autochtone ? Parce que les caissières chinoises, elles volent pas le taf des Japonais, hein, elles prennent les places dispos. Ou alors ça veut dire qu'on a moins de vieux. Ça c'est bien, ça, moins de vieux. Ou alors c'est que les étudiantes trouvent plus rentable de porner.
Tu m'étonnes.

Bref, le konbini, c'est une telle somme d'agressions sonores que tu seras gentil d'être aimable avec les gens qui y subissent leur emploi toute la journée.

30 commentaires:

yotsu a dit…

Si maintenant on commence à nous mettre des chinois en caisse, on a pas fini.

anthony correia a dit…

Je te souhaite pas de tenter la McDo expérience alors. Tu vas te faire violer les oreilles^^

Robert Patrick a dit…

@Anthony : déjà fait. En France.

Kurobot a dit…

Globalement j'ai trouvé le niveau sonore moyen bien plus élevé au Japon qu'en France. Dans la rue par exemple, entre les passages piétons qui bipbip, les camions qui annoncent tout ce qu'ils font, les crieurs, et autres pubs, c'est pas un pays où il fait bon vivre avec une migraine.

Vez a dit…

Ce que j'aime bien, au combini, c'est quand tu paies par carte.

Genre une canette de cafe 120 yens.

クレジットで?一括払いですか?

Nan, c******rd! Je veux payer en 24 fois en revolving credit!

Desole pour l'amabilite ;)

Robert Patrick a dit…

@Vez : Ah, mais je ne dis pas qu'il n'y aurait pas des raisons de s'énerver, hein. Par exemple quand ces fils de pute te demandent s'il faut chauffer ton plat à 250°C quand tu prends une glace avec. Et ensuite tu vas les mettre dans le même sac bien sûr ? Enculé, va. Ça, et un million d'autres trucs encore. Mais bon, ça nous coûte moins qu'à eux.

Anonyme a dit…

J'ai du acheter des centaines de bouffe chaude ou réchauffée dans des combini, on m'a TOUJOURS séparé le chaud et le froid (boissons, glace, dessert à la con bien gras) à la caisse. Alors soit t'as une tête qui leur revient pas, soit tu fréquente un combini tenu par des trisos.

Anonyme a dit…

Oui non RP faut pas pousser, on te separe toujours ton plat chaud du reste. Attention a ce que t'ecrit quand meme.

Robert Patrick a dit…

@tous : oui, j'ai tendance à oublier votre faible résistance au trolling. Bien sûr qu'ils les séparent, mais quoi, après c'est un sac dans chaque main ? Les gens ils ont pas un four à micro-onde chez eux ?
Je vous parle pas du midi où le mec peut venir chercher son repas, je parle des achats que tu fais le soir, avec tes bras et/ou ton dos déjà bien chargés. 2 sacs ? Ouais, vas-y, encombre-moi encore un peu plus, c'est bon pour la planète. Et puis ce sera tiède en arrivant et je devrais le réchauffer + recongeler ma glace.
Bah, c'est le Japon, c'est pas comme si on aimait faire les choses plusieurs fois à moitié qu'une fois définitivement...

Vez a dit…

Ils te demandent toujours si tu veux rechauffer ou pas hein ;)
Je sais pas dans que combini tu vas mais bon...

- 暖めますか?
- 結構です〜

aspho a dit…

Le combini, c'est LA distraction de 2 heures du mat' quand tu en es à ta troisième nuit de jetlag. Le truc à faire c'est de tester les saloperies sucrées qu'ils vendent, une fois je suis tombée sur une espèce de boisson au raisin chimique (cet incomparable goût de raisin chimique japonais) avec des morceaux de gelée dedans! Pour les onigiri, j'ai fini par reconnaître comment s'écrivait "thon-mayo" (excuse my japanese)à force d'essais. Je me demande aussi comment mon mec et moi, on a survécu aux nuggets "cancer filled" achetés au Lawson en grande banlieue de Tokyo, tellement ça avait l'air venu d'ailleurs. Ah les combinis...Je ne m'en lasse pas.

Robert Patrick a dit…

@Vez : si tu lis les commentaires avant de poster, c'est bien aussi, hein...

Anonyme a dit…

Heureusement pour eux, les agressions sonores, les japonais s'en branlent.

Un appartement neuf dont toutes les fenêtre donnent directement sur la Meiji-doori coûtera aussi cher qu'un autre quatre rues plus loin dans un coin calme s'il est à la même distance de la même gare.

Alors que bon, faut dire ce qui est : si c'est pour vivre dans un appart' avec des fenêtres qui donnent sur la Meiji-doori, autant carrément roupiller sous un carton sur le trottoir.

Anonyme a dit…

(désolé pour le double-post).

Pour aspho : ce que tu appelles "raisin chimique", c'est simplement les efforts de l'industrie agro-alimentaire pour approcher le goût du raisin kyoho.
Pour un japonais, raisin = kyoho. Or, le kyoho a un goût très éloigné de celui qu'on associe en France au raisin.
C'est juste une question de référent.

Un peu comme quand les japonais insistent sur la différence entre "mizuiro" (bleu ciel) et "ao" (bleu). En général, les français répondent : "me faites pas chier, bleu ciel, c'est du bleu".
Alors qu'entre "bleu ciel" et "bleu", il y a strictement la même différence qu'entre "rose" et "rouge".

Anonyme a dit…

surtout que le bleu il est vert...

aspho a dit…

Autant pour moi, je n'ai jamais eu l'occasion de manger du raisin de table japonais (kyoho), me voilà instruite ;)
J'ai l'air de critiquer mais en fait j'aime beaucoup ce goût, quand je vais au Japon, je ne manque jamais de m'envoyer quelques fanta raisin bien violet, mention spéciale pour les mentos/Hi chew au raisin (je viens d'ailleurs d'en commander sur Rakuten, c'est dire).
Puisque l'on parle de la pollution sonore au Japon, le truc que je trouve bien local, ce sont les petites voix synthétiques qui te répètent toutes sortes de choses à longueur de journée : là où ton train s'arrête, messages de prudence, traverser ou pas, prochaine station, où mettre les sous etc. Et encore, je n'ai pas d'appareils d'électro ménager, mais parait-il que même les rice-cooker et les baignoires causent.

Anonyme a dit…

On peut reprocher ou s'étonner de plein de choses au Japon, mais chier une pendule parce que le mec de la caisse te propose de chauffer ton plat... Il n'est pas sensé savoir que tu as la flemme de prendre le sac chaud dans une main et la glace dans l'autre. Il te propose parce que beaucoup de gens mangent sur le pouce et apprécient de manger chaud. Et s'il ne le proposait pas, il y aurait toujours des gaijins pour dire "le Japanisthan, ce pays où on ne te propose même pas de chauffer ton panini looool".

Robert Patrick a dit…

@Anonyme : "censé".
1) Le client pourrait très bien faire la demande sans que le mec de la caisse te le propose systématiquement. Il y a un tas de services que tu peux DEMANDER au combini et qu'on te propose pas spontanément. Il y a de même un tas d'attitudes de la part des caissiers qui sont complètement superflues, voire casse-couilles.
2) C'est pas comme si beaucoup de combini avaient des micro-ondes en libre-service, hein...

Anonyme a dit…

Pardon pour la faute d'orthographe.

Pour en revenir au sujet, j'ai du mal à comprendre ce qui est chiant dans le fait qu'on te propose des services. Le mec te propose de chauffer ton plat le temps qu'il t'encaisse histoire d'aller plus vite, c'est quand même sympa. Je ne vois pas en quoi ça peut être casse couilles.

Robert Patrick a dit…

@Anonyme : ce qui est chiant, c'est qu'il y a une panoplie de gestes qui sont totalement superflus. Encore une fois, la perception de ce qu'est un "bon service" diffère pour les Occidentaux et pour les Japonais, mais à l'évidence le bon sens est absent de cette perception.
Quand le mec te demande s'il doit chauffer ton plat alors qu'il y a des micro-ondes en libre-service, ça veut dire qu'il va revenir sur ta commande, même s'il en traite une autre pendant. Alors qu'il pourrait te laisser te débrouiller avec les micro-ondes dispos et faire avancer la queue plus vite. C'est pas comme si les combini étaient pris d'assaut le midi et que si les gens y vont c'est justement parce qu'ils sont pressé de rentrer manger sur leur bureau.
Mais ce n'est pas de ça dont je parlais quand je disais qu'ils sont casse-couilles : cette manie qu'ont TOUS les caissiers de vouloir que tu prennes ton sac avant de passer à l'étape suivante alors qu'aux dernières nouvelles tu as déjà besoin de tes 2 mains pour ranger tes billets et tes pièces, c'est juste pénible. La sac tient très bien tout seul, merci pour lui, et puis c'est RARE les fois où t'as vraiment rien d'autre sur toi que ton sac de courses. Donc insister pour que le mec qui a déjà gavé de trucs sur lui (et éventuellement des sacs d'autres magasins dans lesquels il est passé avant, surtout le soir) prenne le sac avant de lui rendre la monnaie, mais juste achetez-vous un cerveau, quoi. C'est le même phénomène que le mec qui te parle en keigo à la banque alors que t'es étranger : le gars se dit pas "tiens, déjà que nous Japonais on lutte avec le keigo, peut-être que Jo-l'étranger ça va lui compliquer encore plus les choses", non, il continue dans son délire, c'est-à-dire surtout dans SA ROUTINE, coller au protocole plutôt que d'aller vers les désirs réels du client.

Mais la liste est longue des trucs à maudire et des trucs à adorer. C'est juste que les caissiers sont généralement plus dans le respect du protocole que dans le service proprement dit, donc faut pas se laisser abuser non plus.

Anonyme a dit…

Boh, après ça doit être une question de perception. Moi qui suis d'habitude un mec que pas mal de choses en ce bas monde énervent, le micro-onde du caissier de 7eleven ne m'embête pas. Je ne dis pas que c'est un "bon service", ni que c'est indispensable non plus d'ailleurs.
Quand ils te tendent le sac, si t'as les mains occupées à chercher la monnaie ils le posent juste sur le comptoir. Ce qui est plus embêtant c'est qu'ils mettent la monnaie sur le ticket de caisse et qu'ils te filent tout en même temps. Ensuite trier tout ça, avec tes sacs dans les mains c'est...

Par contre pour le keigo je ne te suis pas. Si les mecs commencent à tutoyer tous les blancs qu'ils voient, ça va forcément en faire chier plus d'un. Et moi le premier. C'est comme si en France on se mettait à parler petit nègre à un noir/arabe/asiatique parce que moi pas savoir si toi parler Français.

Robert Patrick a dit…

@Anonyme : non, là, pure mauvaise foi de ta part. Il y a un million de façons de parler au gens poliment en japonais sans utiliser de keigo, à commencer par la forme en desu/masu. On peut très bien utiliser cette forme polie qui est en plus majoritairement la première apprise par les étranger.

Pour le sacs sur le comptoir, ouais, ils FINISSENT par le poser, mais genre la mort dans l'âme.

Anonyme a dit…

Absolument pas d'accord avec ton histoire de keigo. Changer de façon de parler pour un étranger, même pour une forme qui reste polie, c'est de la discrimination au faciès. Je suis une bite pour parler en keigo, par contre je le comprends bien donc le mec je vais lui faire remarquer qu'on a pas gardé les cochons ensemble.

Zap Brannigan a dit…

Avec le keigo, je me suis amusé 2-3 fois à l'utiliser en m'adressant au commerçant... Du coup le gars, pour montrer sa soumission (service oblige), en rajoute une couche, et commence à sortir des expressions de ouf. Les dialogues à la Du Guesclintarô, ça a du bon, surtout pour parler grille-pain dans un Midori Denka.

Plus sérieusement (ou presque) Robert, n'oublions pas qu'il y a aussi l'importance de l'âge. Si tu as l'air d'avoir plus de 3 ans d'écart avec le vendeur, il y a carrément un fossé générationnel. A partir de là, on a deux cas de figure :
1) Tu sembles plus jeune d'au moins 3 ans, et là le vendeur se dit "maaah~, encore un wakamono qui va passer la nuit à glander devant le magasin", et donc il propose de réchauffer la bouffe.
2) Tu sembles plus vieux d'au moins 3 ans, et là le vendeur se dit "alamaa, le pauvre vieillard doit déjà plus avoir de dents, et en plus avec son arthrite il pourra pas tourner le bouton du micro-onde ; il faut absolument l'aider sinon il va se tuer en mangeant un truc froid et dur", et donc il propose de réchauffer la bouffe.

Anonyme a dit…

Revenez en France. Là, au moins vous n'aurez ni trop de ces sourires ni trop de ces politesses qui semblent tellement vous irriter.

Anonyme a dit…

Un vendeur ou autre qui laisserait spontanément tomber le keigo avec un étranger, bien sûr que ce serait un peu méprisant. Mais t'as aussi le droit de pas être con, tu t'adaptes quand tu vois que ton interlocuteur galère à comprendre. Quand j'interroge un malade, je lui demande pas si sa fièvre est plutôt vespérale ; ou si sa douleur épigastrique a des irradiations traçantes retrosternales, et si il est soulagé en phase post-prandiale.

Vez a dit…

"C'est pas comme si beaucoup de combini avaient des micro-ondes en libre-service, hein..."
"cette manie qu'ont TOUS les caissiers de vouloir que tu prennes ton sac avant de passer à l'étape suivante"

les micro-ondes en libre-service, y'a ca qu'a tokyo j'ai l'impression. (peut etre dans d;autres grandes villes?)

J'ai balisé le tohoku du nord, a la pointe d'Oma, au sud, dans la zone exclusive de fukushima, des cotes aux montagnes, de sendai aux patelins le plus paumes de la prefecture d'iwate ou aomori, le micro onde est toujours derriere le comptoir, du coup ils te proposent toujours de rechauffer ton plat, et meme, particularite du nord, tes onigiris :)
Idem dans le niigata, gifu, nagano, gunma, ishikawa et tochigi-kens, meme si j'ai un peu moins baroude dans ces coins la, le micro onde est derriere le comptoir.

Niveau attitude j'ai l'impression qu'ils sont aussi un peu moins coinces a la campagne qu'a tokyo, peu de keigo.
Et pour le coup du sac, jamais eu ce probleme... ils posent TOUJOURS le sac sur le comptoir et attendent que tu aies range ton portefeuille pour te tendre le sac.

Faut sortir un peu de la capitale je pense, trop de stress la bas ;)

Robert Patrick a dit…

@Vez : GRAVE ! Putain ici c'est systématique de te tendre le sac pour que tu le prennes et d'attendre que tu l'aies eu en main pour passer à l'étape caisse (même si tu le lâches une seconde plus tard, c'est bon, le mec voulait juste que tu TOUCHES ton putain de sac). Insupportable.

Anonyme a dit…

Et sinon, c'est qui la fille sur la photo?
On dirait Kano Miho version actrice porno.

Anonyme a dit…

@Vez :
Pareil à l'extrême-sud, en fait.
Micro-ondes derrière le comptoir.
Et les employés proposent toujours de réchauffer les onigiri.

Ah, et puis si tu achètes du chaud et du froid, ils proposent systématiquement de les mettre dans deux sacs séparés.

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.