lundi 15 novembre 2021

"Si ce n'est toi, c'est donc ton frère" (vieille maxime chinoise)

cékikafékaka ?

Dans la série « eh oui, tout arrive », après la résurrection de Senbei, un nouvel article ici. Et comme c’est pas celui que je t’avais teasé, ben ça veut dire qu’il y en aura un autre bientôt plus tard...

S’il y a une mentalité nocive, délétère et toxique dans la société japonaise, c’est bien celle de chercher systématiquement un responsable à n’importe quel problème qui survient, y compris lorsqu’il s’agit de phénomènes naturels. Mais d’où nous vient cette détestable habitude ?

Ces salauds de Chinois qui font rien qu’à copier le résultat de leur civilisation qu’on a copiée...

Tout ça nous vient de Chine et du « Mandat du Ciel », soit le fait que l’Empereur est validé par les dieux, et que tout ce qui arrive est perçu à travers le prisme de ce pouvoir absolu : si on a de bonnes récoltes, c’est que l’Empereur gère correctement le pays, si on a des récoltes de merde, c’est qu’il fait du mauvais boulot, et si on a des catastrophes naturelles ou climatiques, c’est que les dieux font savoir à l’Empereur qu’ils ne sont pas contents de sa gestion.

Tu vois le délire : dès l’Antiquité chinoise (où techniquement c’était un roi et pas un empereur, puisque l’Antiquité précède les ères impériales), on a quelqu’un à blâmer pour tout, y compris pour des trucs qui ne sont pas de son ressort.
Un volcan s’éveille, un être s’éteint.

Bon.

Eh ben le Japon a fait le même copier-coller à l’époque que pour ses 4 saisons et a toujours pas remis le truc en perspective, donc quand il y a un problème dans le couple c’est forcément que l’un des deux est « warui ». Ça peut pas être la fatigue, le stress, le travail, un malentendu... Nan nan : y en a un des deux à blâmer et le jeu de la soirée sera de faire en sorte que l’autre pense que c’est lui et qu’il s’excuse. Quitte à ce que l’autre s’excuse à son tour le lendemain parce qu’en fait c’était plutôt de sa faute, c’est pas la question. Comme l’arbitrage d’un match de foot, une fois que le but est validé, tu peux revoir la vidéo et dire qu’en fait non, eh ben on s’en branle : le but il est marqué et y a une équipe qui va en demi-finale et l’autre qui dégage.
Tu répètes ça toutes les semaines dans ton couple et après tu viens pleurer que Monsieur et Madame préfèrent baiser ailleurs (pour les chanceux qui baisent ailleurs, bien évidemment)...

Le truc est tellement pernicieux qu’il est planqué partout, même dans les expressions les plus anodines : il pleuvait pendant ton voyage avec tes amis ? Cherchons le « ame otoko » ou la « ame onna », C’EST LA SEULE EXPLICATION AU FAIT QU’IL PLEUVE QUAND ÇA T’ARRANGE PAS, BIEN SÛR !

Et comme tout ça est très culturel et donc très ancré, je te propose de désamorcer rapidement cette merde et de signaler à tes proches japonais en toute occasion pertinente que « quand il y a un problème, c’est pas toujours la faute de quelqu’un ».

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Alléluia rob pat est revenu

 
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.